Mulhouse : une clé conviviale pour toutes les mobilités

Par Peter Van Dyck  - 8 octobre 2019 à 14:10 | 42 vues

@Belga

Mulhouse, deuxième ville d’Alsace, se positionne en précurseur en lançant le compte mobilité, une primeur en Europe et la première Mobility as a Service (MaaS) en France. Jadis réputée pour son industrie textile, cette agglomération de plus de 100.000 habitants s’est muée en une authentique ville intelligente. 

 

Le déclic date de 2015. Le trafic saturait Mulhouse, rendant une transition inéluctable. « Chaque mode de transport se cramponnait à ses règles, tarifs et accès exclusifs, de quoi dissuader les usagers occasionnels », se souvient Denis Rambaud, viceprésident de Transports et Mobilités Mulhouse. La solution lui semblait évidente : une seule et même clé conviviale pour accéder à tous les services de mobilité urbains. Le compte mobilité devait devenir une plate-forme où chacun pourrait trouver facilement et en temps réel la meilleure formule de mobilité. 

L’appli du compte mobilité offre par smartphone interposé l’accès à l’ensemble des services de mobilité de la ville : les transports en commun, les taxis, les vélos en location, les autos et vélos partagés  (électriques ou non) et même les parkings. L’appli calcule la proximité des stations, informe sur les tarifs et la disponibilité de tous les moyens de transport et compare diverses combinaisons pour un même trajet. L’automobiliste peut, pour sa part, utiliser l’appli pour savoir où garer son véhicule.  

L’usager paie en fin de mois les services utilisés. Il reçoit une facture détaillée, calculée selon les tarifs les plus avantageux. Un exemple : si vous louez un vélo Vélocité, vous ne paierez qu’un euro par mois si chaque trajet dure moins d’une demi-heure. L’appli peut aussi conserver un récapitulatif de tous vos déplacements. Vous pouvez définir un budget et être averti automatiquement lorsque vous atteignez le maximum prévu. 

 

Logique de complémentarité 

Cette fonction de plafond budgétaire est une des nombreuses suggestions émanant des usagers eux-mêmes. Denis Rambaud souligne la dimension coopérative du compte mobilité : les usagers sont intervenus dans sa mise en œuvre. En 2016, une table ronde a réuni tous les intéressés pour examiner les conditions nécessaires à la réussite du projet. Des modèles ont été présentés un an plus tard et les citoyens ont pu valider le processus proposé.  

Une période d’essai avec une cinquantaine de ‘cobayes’ a eu lieu avant le lancement officiel, entre mars et juin 2018. « Ces gens sont devenus nos meilleurs ambassadeurs », se réjouit M. Rambaud, en mentionnant le partenariat équilibré entre tous les acteurs. Chaque prestataire de services a signé une convention avec la ville tout en restant responsable de son propre fonctionnement. Les diverses organisations de transport en commun participantes ont d’ailleurs témoigné dans Le Monde de la révolution que le compte mobilité a induite dans leur profession. Autrefois, chacun se cantonnait à son domaine. Aujourd’hui, toutes les parties s’inscrivent dans une logique de complémentarité 

L’initiative a rencontré un réel succès. L’appli a été téléchargée 3130 fois, à ce stade. « Il y a deux façons de faire de l’écologie et de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre : le bâton ou la carotte », dit M. Rambaud à propos de la philosophie du projet. « Nous avons choisi la deuxième option. Elle invite les gens à transgresser leurs habitudes de déplacement. Nous supprimons les barrières pour garantir une même fluidité que si vous preniez la voiture devant votre porte. »  

 

Partager