Le secteur de la construction à l’heure de l’économie circulaire

22 octobre 2019 à 09:10 | 363 vues

Citydev

[Coproduction] La production industrielle des matériaux , les acheminements de matières premières ou de produits finis, leur mise en œuvre, leur démolition ou démontage en fin de vie, font du secteur du bâtiment le responsable d’une part importante des émissions de CO2 planétaires.

L’opérateur immobilier régional citydev.brussels a entre autres missions de mettre sur le marché acquisitif des logements neufs destinés aux ménages à revenus moyens, désireux de s’installer durablement à Bruxelles.

Cet acteur public de référence en région bruxelloise s’est engagé de longue date dans l’innovation et la performance de ses constructions en termes de durabilité. Aujourd’hui, l’institution entend continuer à jouer son rôle de pionnier dans le domaine du développement durable et incite ses partenaires privés à faire des efforts en la matière. A l’heure de Kyoto, des accords de Paris et autres COP, les promoteurs et les entreprises ne s’y trompent plus et s’engagent également toujours plus loin dans des propositions volontaristes et un niveau d’excellence en termes d’impact environnemental. Ces dernières années, les thématiques concernant la durée de vie des matériaux, leur recyclabilité, leurs possibilités de récupération en fin de vie se sont donc, entre autres, invitées dans les propositions de développements urbains soumises à l’institution.

Lors d’un appel d’offres, les propositions reçues par citydev.brussels sont systématiquement évaluées en terme de coût (50%), de qualités urbanistiques (20%), de qualité fonctionnelles (20%), mais aussi sur les aspects de durabilité. Ces derniers sont souvent décisifs lorsque l’institution doit attribuer le marché.

En 2016, c’est à travers l’enjeu de circularité des matériaux qu’un projet de 54 logements s’est démarqué de ses concurrents. Celui-ci devait être édifié en lieu et place d’un ancien dépôt de garde-meubles, construit en ossature béton et briques, et implanté en milieu urbain très dense. L’équipe soumissionnaire proposait d’instruire les dossiers de permis de démolir l’entrepôt et demande de permis de construire l’immeuble de logement séparément. Les délais de traitement administratif différenciés entre ces deux procédures ont permis le démontage minutieux de l’entrepôt, et ce sans perdre de temps sur le planning. Des sondages préalables avaient en effet permis d’établir que les briques étaient récupérables, et qu’elles pourraient être remises en œuvre en parement du nouveau bâtiment.

Cette proposition, de prime-abord aventureuse, s’est révélée payante à plus d’un titre dans ce marché.

Tout d’abord, c’est cet argument frappant en terme de durabilité qui a fait la différence lors de l’analyse du concours et a permis à l’équipe d’emporter ce marché.

Ensuite, d’un point de vue historique et urbain, l’image de la grande nef industrielle en briques, très présente dans le paysage du quartier et chère aux riverains s’est retrouvée évoquée dans la nouvelle proposition de façade.

Par ailleurs, le gain financier a été immédiatement démontré. Les économies sur l’achat de briques neuves et les coûts de transports de matières entrantes et sortantes sur site ont rapidement absorbé les surcouts engendrés par la démolition prudente et le décapage des briques sur site.

Qui plus est, pour répondre à ses obligations de charges sociales, l’entreprise générale a décidé collaborer avec Travie, une entreprise de travail adapté procurant du travail à des personnes atteintes d’un handicap léger. Le décapage des briques, travail a priori ingrat, mais simple et très répétitif rencontrait pleinement la demande et les compétences particulières de cette équipe. Ces hommes se sont retrouvés très valorisés par la haute qualité de leur travail acharné, reconnue par toutes les parties prenantes au chantier. Suite à cette expérience aussi enrichissante que concluante, l’entreprise générale a conclu un accord cadre avec cette société qui intervient désormais sur l’ensemble de ses chantiers pour des travaux qui leur correspondent.

Enfin, la circularité des briques sur ce chantier a permis à l’entreprise de décrocher le prix « be.circular » en 2017 décerné par Bruxelles Environnement et de récolter toute la visibilité médiatique qui en a découlé.

Forte de ce type d’expérience concluante, et grâce à la pleine collaboration et aux engagements de nombreux partenaires privés, citydev.brussels poursuit aujourd’hui ses recherches et ses innovations en terme de durabilité sur ses projets publics et ambitionne d’ailleurs, à titre d’exemple, de pouvoir produire le premier ensemble de logements « zéro carbone » de Bruxelles…A suivre !

 

 

 

 

 

Newsletter Green

  • Soyez toujours informés, abonnez-vous à la newsletter Green de Beci (gratuit)

Partager