Meg Whitman, étoile montante de la Silicon Valley

Par Elisa Brevet (Fondatrice de Generation Makers) - 19 novembre 2019 à 09:11 | 106 vues

Meg Whitman est celle que le magazine Forbes considère comme l’une des femmes les plus puissantes au monde. À la tête de Hewlett Packard pendant plus de 6 ans, elle est aujourd’hui CEO de Quibi, une startup à plus d’un milliard de dollars qui ambitionne de concurrencer Netflix. 

L’ancienne dirigeante de HP est une redoutable femme d’affaires. Avant de disrupter le marché du PC et de l’imprimante, elle avait fait de la start-up eBay un géant de l’e-commerce avec un chiffre d’affaires de plusieurs milliards de dollars. En arrivant à la tête de HP, elle opère une révolution en recentrant ce géant sur le service aux entreprises. Pour ce faire, l’ancienne PDG du groupe a dû supprimer des dizaines de milliers d’emplois et faire face à de nombreuses représailles.  

Meg Whitman est également connue pour avoir permis aux femmes de se faire une place dans l’univers très masculin de la Silicon Valley. Aujourd’hui, elle vient de fonder Quibi. La startup est déjà estimée à plus d’un milliard de dollars et ambitionne de devenir le nouveau Netflix de la génération mobile. Son core business ? Offrir un contenu vidéo de haute qualité dans un format dédié aux millennials’, relié directement à un smartphone. L’entreprise est d’ailleurs déjà soutenue par tout le gratin : 21st Century Fox, Viacom, Alibaba ou encore Goldman Sachs… De quoi lui assurer un bel avenir. 

 Si tout semble lui sourire, Whitman est probablement meilleure en affaires qu’en politique. Candidate au poste de gouverneur de Californie en 2010, sa campagne est plombée et se révèle un véritable échec. Elle finira par dire : « La politique d’aujourd’hui est un sport de combat à part entière. C’est violent. Vous devez être un combattant. Et au fond, je n’aime pas le combat ».  

Visiblement, pour elle, être à la tête des plus grandes sociétés de la Silicon Valley semble un jeu d’enfant… 

 

 

    

 La guerre des cartels : Chaque mois, plus de 2500 personnes sont assassinées au Mexique. Pour la première fois, un historien français remonte aux racines du mal, depuis la fin des années 1970 jusqu’à la constitution de cartels organisés en véritables multinationales de la drogue. Une enquête passionnante et instructive. Thierry Noël  

Les besoins artificiels : comment sortir du consumérisme : Le capitalisme engendre des besoins artificiels toujours nouveaux. Cet essai soulève une question simple : comment couper court à cette prolifération de besoins artificiels ? Un livre nécessaire et détonnant qui nous pousse à la remise en question. Zones 

 WAX. 500 tissus – 125 ans de création : Saviez-vous que le wax ne viendrait pas d’Afrique, mais d’Indonésie ? Ce tissu, qui n’a jamais autant été à la mode qu’aujourd’hui, recèle une histoire des plus intéressantes. Un véritable carnet d’inspirations et une histoire de la mode et du textile à découvrir sans attendre. Éditions de la Martinière 

 

 

 

Wit : Bret Easton Ellis scrute une nouvelle fois l’Amérique daujourdhui comme il sait si bien le faire, avec union acerbe et une férocité réjouissante. Wit n’épargne rien ni personne, du modèle social qui abêtit les individus jusquau système économique qui les pervertit. Passionnant ! Ambo|Anthos 

De testamenten Le chef-d’oeuvre dystopique de Margaret Atwood, La Servante écarlate, est devenu un classique contemporain. Près de 35 ans plus tard, l’auteure se décide enfin à offrir une fin à ses lecteurs. Une conclusion spectaculaire et éblouissante. Prometheus 

La guerre des cartels : Chaque mois, plus de 2500 personnes sont assassinées au Mexique. Pour la première fois, un historien français remonte aux racines du mal, depuis la fin des années 1970 jusqu’à la constitution de cartels organisés en véritables multinationales de la drogue. Une enquête nécessaire et instructive. Thierry Noël (en français) 

 

 

 

Partager