Applications mobiles : les choses à faire et à ne pas faire

20 novembre 2019 à 10:11 | 200 vues

©GettyImages

[Coproduction] Chaque jour, des centaines d’applications nouvelles se trouvent disponibles en téléchargement. Mais leur pertinence laisse parfois à désirer. Les développeurs ont un défi à relever : l’application mobile d’entreprise, que l’utilisateur devra d’abord installer, doit apporter une plus-value réelle par rapport à une visite sur le site web.

Commençons par quelques statistiques : il existe plus d’un milliard de sites web ; il existe également plus de 2,6 millions d’applications Android et plus de 2,2 millions d’applications iOS ; un utilisateur standard possède entre 60 et 90 applications sur son smartphone ; 3 applications sur 10 sont désinstallées dans les 30 jours.

L’utilité, l’élément déterminant

Même si la majorité des utilisateurs adorent les applications esthétiquement avancées, la réalité est que l’unique raison de ne pas désinstaller une application dans les 30 jours est son utilité ! Une application de publicité pure, apportant une information redondante, facile à retenir ou à trouver autrement, ne va pas survivre. L’utilité est le seul critère pour garder ou jeter une application.

Quels sont les éléments déterminants favorisant les applications « utiles » ? Si l’esthétique joue un rôle très important, il faut aussi se focaliser sur les autres éléments de design et de conception qui provoquent l’adhésion ou le rejet.

1.      Connexion : code pin plutôt que login ?

La plupart des applications utiles permettent de se connecter aux systèmes des sociétés pour effectuer une action : regarder le solde, l’activité, payer, entrer en contact direct avec la personne responsable, etc.

Si le login indispensable à la connexion est aussi laborieux à indiquer que sur un navigateur web, l’utilisateur va vite s’agacer. Surtout s’il doit le faire à chaque accès à l’application.

Le bon conseil : remplacez les noms d’utilisateur et mots de passe par des systèmes avancés, comme le Face Id, une empreinte digitale ou un code pin.

2.      Redirection vers le web : oui, mais…

Souvent, pour gagner du temps et du budget, plutôt que de présenter une page dédiée à une action, l’application redirige vers la page web qui permet de réaliser la même chose. Cette technique peut convenir, mais il faut alors faire attention à l’ergonomie du smartphone : écrire ponctuellement des informations demandées sur un formulaire est fastidieux. Et carrément rébarbatif si elles sont nombreuses. De plus, la plupart du temps, ces informations sont déjà disponibles dans le système central.

Le bon conseil : proposez ces informations par défaut et donnez à l’utilisateur la possibilité de les modifier, si nécessaire ! Évitez aussi de lui montrer une multitude de champs : tous les écrans ne font pas 6 pouces (ou plus !) et les utilisateurs plus âgés ont du mal à s’y retrouver.

3.      Utilisez les capacités du smartphone

L’utilisation de la biométrie pour accéder à une application n’est pas la seule capacité du smartphone que l’on peut exploiter.

Le bon conseil : la caméra peut être très utile pour digitaliser des documents, pour accéder à un QR code ou code-barres, etc. Ou même pour transmettre facilement les informations d’un site web vers l’application mobile.

4.      N’oubliez pas les utilisateurs âgés ou myopes

Les sites d’actualités sont principalement consultés par des personnes âgées. La taille des lettres et des images est très importante : ils peuvent ne pas arriver à lire ou à comprendre ce qui apparaît à l’écran ! Les textes et informations proposés par les entreprises sont également parfois trop denses.

Le bon conseil  : ne montrez pas trop d’informations sur un écran mobile, et quand il le faut, donnez à l’utilisateur la possibilité d’agrandir les éléments.

5.      Fonctionnalité réduite ou totale ?

De plus en plus, les utilisateurs préfèrent trouver une information ou effectuer une action via l’application mobile d’une société plutôt que de se rendre sur son site web. Ne les obligez donc pas à se connecter sur votre site, quand ils préfèrent utiliser leur smartphone.

Le bon conseil : accordez toute la fonctionnalité de votre site aux utilisateurs de l’application, même s’il faut les rediriger ensuite vers des pages web. L’utilité reste le point fondamental, et elle est plus importante que l’éventuel problème de lisibilité de vos pages web sur le smartphone.

En conclusion…

L’application mobile est le nouveau canal de communication entre les sociétés et les utilisateurs de smartphone. Elle remplit en quelque sorte le rôle de call-center ou de commercial. Faites donc attention aux informations proposées (le plus, le mieux) ; aidez les utilisateurs à bien les lire/utiliser et n’hésitez pas à leur donner tout l’accès possible à leur profil.

 

 

Kostas Flokos est le CEO du groupe Upcom. Passionné par la technologie et son utilisation au service de l’économie, il a plus de 30 ans d’expérience dans ce domaine.

Upcom est une entreprise IT présente dans plusieurs pays européens – y compris la Belgique. Elle est spécialisée dans la transformation digitale axée sur l’interaction étendue via les applications mobiles.

Pour aller plus loin : Si vous voulez qu’un expert effectue une analyse de votre application mobile, Upcom vous l’offre gratuitement jusqu’à la fin janvier 2020. Remplissez ce formulaire pour prendre rendez-vous.

 

Partager