2020 ne sera pas vain

3 janvier 2020 à 10:01 | 680 vues

Demander à un journaliste de s’adresser au monde économique bruxellois via le magazine de Beci, l’association des entreprises de la capitale, est somme toute assez logique : on reste dans le média ainsi que dans la capitale. Je reconnais que les entreprises ne sont pas toujours bien traitées dans les médias ; leurs soucis se retrouvent bien plus souvent à la une que leurs exploits.  

Le monde de l’information adore ce qui est disruptif : le grain de sable ou l’incident, mais aussi l’innovation. Nous sommes nombreux dans ce monde cruel des médias à nous intéresser également au journalisme constructif. Même s’il n’est pas question pour autant, de parler de journal des bonnes nouvelles, vieille chimère de ceux qui préfèrent les discours laudateurs au poil à gratter du 4e pouvoir.  

Les journalistes sont essentiels quand il s’agit de « rapporter », sens premier du terme « reporter ». Rapporter en remettant dans le contexte et en se posant toutes les questions dignes d’une démocratie chérissant la liberté d’entreprendre et la liberté de la presse.  

La publicité ou la communication restent de bien meilleurs moyens de propagande que les relations avec la presse !  

Un média régional comme bx1 se fait le témoin de ce qui se passe et de ce qui se développe en région bruxelloise. Il est un acteur privilégié étant donné sa proximité avec les entrepreneurs de la capitale. Dans ce cadre, il est important de multiplier les rendez-vous qui mettent en valeur les initiatives bruxelloises au travers d’émissions comme par exemple Big Boss1, After2 ou plus récemment Pitch3. L’économie et les entreprises sont des sujets d’actualité au même titre que le sport ou la culture.  

 

Des défis à relever 

Faire en sorte de dynamiser notre région, lui donner un nouveau souffle pour y attirer (ou conserver) ses plus grands talents sont des enjeux capitaux et communs aux médias et aux entreprises. Et même si l’ambiance générale est plutôt à la morosité – l’actualité internationale n’allégeant certainement pas cette atmosphère pesante – l’avenir est ce que l’on en fera. Des opportunités se présentent tant en matière de comportement des consommateurs que dans les pratiques médiatiques. Les « Gafa » et rouleaux compresseurs numériques sont à la fois des concurrents et des marchepieds, tironsen le meilleur !   

Et c’est dans cet état d’esprit que ce numéro de Bruxelles Métropole a été envisagé : quels défis les membres de Beci devront-ils relever en 2020, année charnière entre l’ancien et le nouveau monde ? Que l’on parle de transition numérique ou écologique, de nouvelles pistes de mobilité ou de mesures administratives qui exigent de s’adapter. Il fallait donc absolument et impérativement faire la liste de ces objectifs 2020, les détailler et les expliquer. Avec l’équipe rédactionnelle, nous y avons aussi ajouté des témoignages d’entrepreneurs de tous types (grosses boîte, PME indépendant, public, privé) qui éclairent d’une autre lumière ces challenges incontournables.  

Non, chef (d’entreprise), tu n’es pas tout seul ! 

 

Un peu de bonté dans ce monde de brutes 

Je suis persuadé que 2020 sera une année de profonds changements. Et cette notion de changement ne s’arrête pas à la transition écologique très médiatisée, mais suppose des changements de comportement qui devraient s’imposer : la bienveillance et la correction. 

La bienveillance, c’est la juste réponse aux tombereaux de haine sur les réseaux sociaux et à la radicalisation des positionnements (végans contre omnivores, auto contre vélo, jeunes contre babyboomers, etc.). Ce n’est pas de la « bisounourserie » pour autant : c’est regarder les problèmes en face et les résoudre par la réflexion et la concertation.  

La bienveillance n’est pas une valeur surannée, c’est une valeur moderne. C’est l’écoute active et la réaction rapide et proportionnée. C’est reconnaître une erreur ou un échec et s’adapter pour en tirer le meilleur. C’est l’agilité dans le comportement et dans la compréhension de ce que vivent ceux qui nous entourent.   

La correction (fairness en anglais) est une pratique qui permet de se regarder dans le miroir avec fierté. C’est à l’exact opposé de l’injustice et du « deux poids, deux mesures », mais c’est aussi l’art de tenter de faire les choses en respectant notre environnement au sens large.  

Dans mon métier de journaliste, cela correspond à estimer l’impact d’une diffusion médiatique, à approcher l’objectivité, à s’en tenir aux faits et à corriger si besoin est. Je rêve que 2020 soit l’année où faire la juste part entre l’information de qualité et les fake news sera vraiment accessible à tous. On en a trop souffert en 2019.  

 

Autour de Jean-Jacques Deleeuw, en réunion de rédaction, de gauche à droite : Tim Devriese (Communication Executive Beci), Elisa Brevet (journaliste indépendante) et Emmanuel Robert (Media Coordinator Beci).

Quelques directions pour l’an neuf 

Pour les entreprises bruxelloises, à l’aune de ces deux axes, correction et bienveillance, l’année qui vient est un fameux défi : innover pour être en phase avec les objectifs décarbonés, s’inventer de nouvelles procédures pour améliorer les conditions de travail au profit de l’employé et de l’entreprise (le burn out et l’absentéisme chroniques doivent baisser). Mais aussi découvrir de nouveaux marchés, développer de nouveaux produits, automatiser les tâches les plus ingrates, etc. 

Les discriminations doivent également laisser la place à l’enrichissement par la différence.  

Ce numéro de Bruxelles Métropole réalisé par les équipes de Beci permettra sans nul doute d’y voir plus clair dans la jungle de ce qui changera en 2020. Un précieux vade mecum à conserver près de soi.  

Que chacun, moi le premier, tente de rencontrer le maximum de ces défis dans les 12 mois et cela nous aidera à mieux dormir.  

2020, ce sera merveilleux non ?  

 

Jean-Jacques Deleeuw 

Directeur de l’Information et Rédacteur en chef de bx1, le média de référence à Bruxelles. 

 

À écouter 

Découvrez l’intégralité de notre rencontre avec Jean-Jacques Deleeuw dans le Podcast Bruxelles Métropole

 

Partager