Macaria : anticiper pour vivre pleinement et partir sereinement

Par Guy Van den Noortgate  - 30 janvier 2020 à 08:01 | 270 vues

Lancée en septembre dernier par Catherine Roupin, Macaria accompagne toute personne en réflexion sur sa fin de vie afin de planifier celle-ci, pour elle-même mais aussi et surtout pour ceux qui restent.  

 

Plus que jamais, la mort reste un tabou dans notre société. Pourtant, c’est un truisme, nous naissons et mourrons tous. Mais nous n’aurons pas nécessairement, voire certainement, tous la même fin de vie. Il semble on ne peut plus judicieux de s’y préparer. Pour soi-même, bien sûr, mais aussi pour ceux qui restent. « C’est l’une des préoccupations majeures des personnes en fin de vie », souligne Catherine Roupin, fondatrice de Macaria. « Elles sont souvent plus inquiètes pour leurs proches que pour elles-mêmes. Chaque histoire est personnelle et nécessite d’écouter, de rassurer et d’accompagner. » 

Catherine Roupin, pharmacienne de formation, est née dans une famille de médecins. Toute sa carrière professionnelle fut centrée sur le patient malade et/ou en recherche de bien-être. « Au décès de mon papa », explique-t-elle, « j’ai eu la chance, la veille de son départ, d’avoir une magnifique conversation avec lui, j’ai pu lui dire au revoir et le remercier pour nos années ensemble. J’ai aussi accompagné des amis et patients malades jusqu’à la fin et constaté combien il est important mais aussi difficile de parler et de préparer la tranche de vie qui nous sépare de notre départ. C’est ainsi qu’est né petit à petit ce projet, afin daider les personnes encore en pleine santé à parler librement de la mort et mettre en place ce qui pourrait les aider à vivre sereinement leur fin de vie comme elles la souhaitent, pour elles et pour leurs proches. » 

Elle a donc progressivement quitté l’officine pour une nouvelle activité, qu’elle a débutée en septembre dernier et que l’on pourrait définir en quelques mots : planification globale de fin de vie. « Je propose une approche ‘one-stop-shop’ qui s’étend de l’analyse à la planification et l’aide à la mise en place d’actions et de solutions pouvant amener de la sérénité dans les tous les aspects de cette phase de vie, tels que la santé, les finances, le logement, les projets, la perte d’autonomie, la préparation des funérailles, etc. Pour toutes ces actions, je collabore avec divers partenaires. » Elle a, par ailleurs, suivi une formation en euthanasie, tant du côté francophone avec le Forum EOL (End Of Life), que du côté néerlandophone avec LEIF (LevensEinde InformatieForum).  

Macaria est dans la mythologie grecque la fille d’Hadès et de Perséphone et la déesse qui incarne la mort heureuse, tranquille et paisible. Avec Macaria, Catherine Roupin propose diverses formules d’accompagnement ainsi que des services à la carte. Elle organise également régulièrement des ateliers et des séances d’information. Comme elle le rappelle, « La Belgique compte actuellement une personne de 67 ans pour 3,8 personnes de 18 à 66 ans. En 2070, ce rapport sera de une pour 2,5. De plus, après le babyboom d’après-guerre, nous assistons maintenant au papyboom. Avec l’allongement de l’espérance de vie, la société devra prendre en charge les personnes âgées et leur accorder une attention plus soutenue. Des métiers comme thérapeute de fin de vie sont, par exemple, occupés à voir le jour, dans les maisons de retraite, les hôpitaux, etc. »  

En conclusion, si la mort est toujours un tabou, il sera amené de plus en plus à être levé dans les années qui viennent. Gageons que Macaria y contribuera activement.  

 

Info : www.macaria.be  

 

Invest in starters 

Bon plan : entrez dans la communauté des investisseurs pour soutenir les jeunes entreprises innovantes de Bruxelles ! 

  • Vous participez au développement économique de Bruxelles 
  • Vous diversifiez vos placements 
  • Vous bénéficiez d’avantages fiscaux grâce au « tax shelter » pour startups 

Une seule adresse : starters@beci.be 

www.beci.be/starter  

 

 

 

Partager