5G, cap sur le nouvel horizon des opérateurs

Par Yves Kengen (Journaliste) - 3 février 2020 à 15:02 | 173 vues

© GettyImages

La course à l’efficacité et à la réduction des coûts entre opérateurs de transport bat son plein. Leur nouveau terrain de jeu : la 5G. Une technologie qui ouvre l’horizon de nouveaux services.

 

Cette technologie de télécommunication de dernière génération est considérée par certains comme une avancée majeure qui permettrait à terme de bénéficier d’un débit mobile de plusieurs gigabits de data par seconde, soit le centuple du débit actuellement délivré par les réseaux 4G (quatrième génération). L’enjeu et les usages potentiels de cette technologie font l’objet d’une course à l’innovation de la part des opérateurs de transport, multipliant les partenariats avec des entreprises spécialisées afin d’attirer et fidéliser des usagers toujours plus connectés et pour qui l’accès à l’internet demeure un critère essentiel.

 

La 5G pour autonomiser les flottes de bus

Les opérateurs de transport français, très à la pointe, ne cessent de réfléchir à l’organisation de la ville intelligente du futur. Si les voitures volantes ne sont pas pour aujourd’hui, la 5G semble donner un nouveau souffle au virage amorcé vers les véhicules autonomes. Avec son partenaire Navya (une entreprise française spécialisée dans la conception de véhicules autonomes), Keolis, la  filiale de la SNCF opérant les transports publics, teste depuis 2016 des navettes sans conducteur dans plusieurs grandes villes françaises, dont Paris.

Consciente que la 5G deviendra un outil essentiel pour la bonne réalisation de ces projets de flottes autonomes, Keolis a développé une collaboration avec Ericsson sur l’utilisation de la 5G afin de « commander et superviser les flottes de véhicules autonomes à distance ». À la tête du projet européen 5Gcar depuis 2017, l’entreprise suédoise expérimente également des connexions sans fil haut débit en partenariat avec l’opérateur de transport Transdev, souhaitant développer des services de mobilité partagée autonome à Rouen : le Rouen Normandy Autonomous Lab (RNAL), premier projet européen de ce type sur routes ouvertes, mis en place depuis février 2019.

 

Téléphonie et transport s’associent pour séduire les usagers

Les opérateurs multiplient les partenariats pour ne pas louper le coche de cette révolution technologique qui permettra de fournir du réseau mobile dans des régions qui n’en bénéficiaient pas jusque-là (on pense notamment à certaines zones de campagne par lesquelles passent les grandes lignes). Ainsi, la Deutsche Bahn, opérateur allemand historique, s’est alliée à Nokia pour développer ce qu’ils présentent comme « le premier réseau 5G au monde pour un projet d’automatisation des lignes ferroviaires ».

D’autres considèrent que la 5G permettra aux opérateurs d’offrir aux usagers un niveau de service et de confort supérieur. L’opérateur américain de téléphonie mobile AT&T a, par exemple, développé des zones 5G restreintes dans certains quartiers. Les usagers des transports publics pourront avoir accès à des jeux ou des vidéos en passant par ces zones situées le long de leur parcours journalier pour se rendre au travail.

 

Accélérer la mise en place de la 5G dans les hubs urbains

L’an passé, les gouvernements britannique et sud-coréen ont financé à hauteur de 2,4 millions de livres sterling le projet de 5G RailNext (un consortium composé d’entreprises publiques et privées dirigé par Cisco) afin de rendre plus attrayant les trajets en métro dans leurs capitales. Une nouvelle expérience 5G dans les transports publics, basée sur des services d’info-divertissement (streaming vidéo, jeux, informations voyageur) dans tout le réseau du métro de Séoul et de Glasgow.

Si le projet porte ses fruits, il pourrait être dupliqué à Londres et New York. Dans le cadre de l’inauguration de ce projet, Margot James, ministre britannique du Numérique, a déclaré : « La 5G est l’avenir de la connectivité et nous voulons que le Royaume-Uni soit un leader mondial. »

Ces projets permettent également de saisir les nombreuses initiatives développées par les opérateurs en termes de MaaS (Mobility as a Service) en permettant aux usagers d’utiliser leur téléphone mobile pour avoir accès à des contenus jusque-là inaccessibles et payer leurs déplacements, réduisant ainsi les coûts liés aux tickets en papier et aux services de billetterie, entre autres.

Partager