Aux PME bruxelloises d’investir le digital

12 février 2020 à 11:02 | 276 vues

Olivier Willocx (Beci, à gauche) et Thierry Geerts (Google Benelux)

Google s’est lié fin 2015 à Beci pour connecter les entreprises bruxelloises au monde digital. La formation Digital Marketer est ouverte aux différents collaborateurs au sein des PME, mais aussi à des jeunes en recherche d’emploi qui sont mis en relation avec des employeurs. 

 Thierry Geerts, directeur de Google Benelux, espère voir Bruxelles devenir la capitale de Digitalis, nom qu’il a donné au pays des connectés présenté en 2018 dans son livre éponyme. Une telle ambition exhorte les entrepreneurs bruxellois à prendre les devants, en développant par exemple les livraisons de proximité pour les petits commerces ou en proposant des sorties cinéma en ligne après celles en salle. Dialogue croisé avec Olivier Willocx, CEO de Beci. 

 

Pourquoi avoir choisi en Belgique de tourner vos formations vers les entreprises  ? 

Thierry Geerts : «On vit aujourd’hui à Digitalis, un nouveau pays de 4 milliards d’habitants connectés par internet. Ce concept rappelle à quel point notre monde a changé. On peut communiquer par mail avec des gens à Singapour, acheter des produits en Chine ou discuter avec ses amis d’enfance dans un Whatsapp. Côté business, on a 4 milliards de clients à un clic. Toutes les entreprises, même petites, sont au centre du monde et peuvent, de n’importe où, vendre n’importe quoi à n’importe qui. Mais, autant les Belges sont hyperconnectés, autant les entreprises belges ne le sont pas du tout. En Belgique, 70 % du commerce sur internet se fait à l’étranger. Même pour des BD belges, il faut les commander en France. Les entreprises belges dépensent toujours en moyenne 79 % de leur budget marketing en médias traditionnels et 21 % en digital. Aux Pays-Bas, c’est 65 % en digital et 35 % en traditionnel. Il y a 40 % de gain d’efficacité à faire en marketing : avec le marketing digital, vous avez non seulement l’audience traditionnelle, mais vous savez précisément combien de gens ont vu votre publicité, pendant combien de temps, et vous disposez de données pour comprendre qui sont vos clients. 76 % des sociétés belges qui ont fait faillite en 2016 n’avaient pas de site web. Aujourd’hui, il ne suffit plus d’avoir un site, il faut aussi être présent sur le mobile et, dans deux ou trois ans, les sociétés qui n’utilisent pas l’intelligence artificielle risqueront davantage de faire faillite. »  

  

Comment appréhender cette réticence à se connecter  ? 

Olivier Willocx : « Comparativement au marché français, le marché belge est très petit et fragmenté linguistiquement. Si se connecter est moins une évidence, il n’y a pas non plus de réticence. Il y a même un intérêt, mais vient très vite la question du comment. Beaucoup ont confié leur site web à un jeune qui passait par là et sont déçus des résultats. Il ne suffit pas d’être présent sur le net. Il faut savoir pourquoi, comment et aligner toute son organisation derrière. Ce débat est stratégique. Beaucoup confondent Facebook, Instagram & co avec la digitalisation, mais la présence sur les réseaux sociaux ne devrait représenter que 2,5 % de la stratégie. La maîtrise de la digitalisation doit être gardée au sein de l’entreprise, mais cela ne signifie pas qu’il ne faut plus faire appel à la consultance. Déléguer des choses ne veut pas dire sen débarrasser. Cela doit être dans l’ADN de l’entreprise parce que, si le patron considère que ce n’est pas son problème, sa boîte est morte. Un gros opérateur belge s’est fait voler ses parts de marché par Zalando. Ce n’est pas non plus parce qu’une entreprise a une activité de proximité qu’elle peut se dire que le digital ne la concerne pas. Je me rappelle d’un magasin où les responsables se plaignaient de ne plus avoir de clients. Je regarde sur Google My Business – un outil gratuit qu’ils ne connaissaient pas – et ils avaient des avis assassins, contrairement à leurs trois concurrents directs situés à moins de 30 mètres ! » 

T.G. : « Il y a encore des entreprises qui pensent que ce n’est pas nécessaire, et puis il y a le mal faire. Ce n’est pas simple. C’est même relativement compliqué. En digital, la variance est plus grande. Le risque est surtout de ne pas être attentif. Si un concurrent ouvre une succursale en face, tout le monde est sur le pied de guerre. On fait de la promotion, on surveille les prix… Si c’est un webshop qui ouvre, rien ne se passe. J’étais au CA d’une grosse PME, où on me disait faire du digital et avoir un conseiller, mais 5 % du temps seulement a été consacré au digital et 50 % à l’inventaire ! Peter Hinssen, le gourou flamand du digital, dit qu’il faut penser au day after tomorrow. Au lieu de s’occuper d’aujourd’hui, ou pire, des misères du passé, il faut penser à ce qui va se passer demain, et pas seulement dans un budget. Aujourd’hui, on délègue le futur à l’un ou l’autre collaborateur, voire à un consultant. En digital, la consultance doit servir à augmenter le savoir des entreprises. Pour avoir la maîtrise de la chose, il faut en développer une certaine compréhension. » 

 

Est-ce que vos formations peuvent suffire à impulser ce changement de perspective ? 

T.G. : «On a fait 5 millions de formations en Europe et près de 90.000 en Belgique. On s’est par exemple focalisés sur les jeunes en Espagne, parce qu’ils souffrent d’un taux de chômage élevé, et sur les PME en Belgique, parce qu’elles ne captent pas le potentiel. On forme des chefs d’entreprise, des responsables marketing ou des directeurs informatiques, et on essaie de changer leur façon de regarder le monde digital. Mais cela devrait commencer dès l’école primaire. Si en Belgique il y a plein d’initiatives mises en œuvre par des enseignants, des ASBL ou des parents motivés, il n’y a rien dans les programmes. On apprend aux enfants à traverser la rue, mais on a construit l’autoroute de l’information à côté et on ne leur explique pas comment l’emprunter. » 

O.W. : « On vit une transformation de l’économie. Il faudrait former 600.000 personnes à Bruxelles en dix ans. Aujourd’hui, je consulte tous les différents acteurs, publics comme privés, pour voir comment faire. La grande difficulté : c‘est la première transition qui n’est pas concrète, pas liée à une machine. Avec le digital, on s’est détaché de l’ordinateur. La question est de savoir comment penser. Avoir du data ne sert à rien, c’est capter le trafic qui est intéressant. La possession n’est plus grand chose. On enseigne toujours aux étudiants les modèles théoriques de l’offre et de la demande. Il n’est pas dérangeant de passer une heure dessus car, pour comprendre les nouveaux modèles, il faut commencer par les plus simples. Aujourd’hui, il y a bien équilibre sur des marchés, mais à des secondes déterminées en fonction des adresses IP et de la politique de prix des concurrents. On a besoin de gens capables de comprendre ces modèles compliqués. Des universités s’adaptent, d’autres pas. »  

 

Si la Belgique est en retard, pourquoi croire que Bruxelles a les capacités pour devenir la capitale de Digitalis  ? 

T.G. : « Faire des petits pas est plus compliqué que d’avoir une grande ambition. C’est ce que Kennedy a fait dans les années 60 en décidant d’aller sur la Lune. Si on dit en Belgique, comme l’a fait le précédent gouvernement, qu’on va gagner deux places dans le ranking digital des pays, on en perdra deux. En disant ‘On va faire l’Expo IA Bruxelles 2020, on inspire tout le monde, pas seulement les politiciens qui auront des objectifs ambitieux, mais aussi les universités et les entreprises. L’ULB et la VUB sont au top au niveau mondial et on a beaucoup de laboratoires d’IA à Bruxelles. » 

O.W. : « Les Belges sont très modestes, mais on a énormément de contacts extérieurs. On n’a nulle part ailleurs dans le monde autant de compétences linguistiques et de gens aussi formés. » 

 

 

 « Autant les Belges sont hyperconnectés, autant les entreprises belges ne le sont pas du tout. » 

Thierry Geerts 

 

« Il ne suffit pas d’être présent sur le net. Il faut savoir pourquoi, comment et aligner toute son organisation derrière. Ce débat est stratégique. » 

Olivier Willlocx  

Partager