L’eau bruxelloise en mode Open Source

Par Johan Debière  - 18 février 2020 à 09:02 | 720 vues

Même si elle peut être épurée et rentrer de manière théoriquement infinie dans un cycle, l’eau est une ressource qui doit être utilisée avec parcimonie. C’est le but du projet Open Source porté par Yoeri Bellemans.

Même si elle n’est pas potable, l’eau doit être utilisée avec parcimonie. En effet, son retraitement est cher. Une raison suffisante pour porter la plus grande attention à l’eau extraite des nappes lors des chantiers en Région de Bruxelles-Capitale. Jusqu’ici, cette eau était rejetée à l’égout. Avec le bien-nommé projet Open Source, elle est utilisée pour nettoyer des voiries, arroser les plantes des espaces communaux. Depuis janvier 2020, cette réutilisation est encouragée par l’application d’une taxe régionale de 0,5 euro qui vient frapper chaque m³ d’eau d’exhaure qui ne serait pas valorisé.

 

Des centaines de m³ par jour

À l’échelle de Bruxelles, cette évolution n’est pas insignifiante. Chaque jour, ce sont des centaines de m³ d’eau qui peuvent ainsi être réutilisés. Sur le chantier de Tour & Taxis, en septembre 2019, 30 m³ (soit 30.000 litres) étaient ainsi récupérables chaque… heure. Une belle source d’approvisionnement dont la commune d’Anderlecht et Bruxelles Propreté ont pu profiter. Outre le gain économique pour les utilisateurs de cette eau non-potable, pour des opérations de lavage ou d’arrosage, ce sont les stations d’épuration opérant sur le territoire qui sont soulagées. En effet, contrairement à une idée reçue, une station ne fonctionne pas mieux lorsqu’elle doit gérer des eaux chargées en polluants (eaux grises) mélangées à des eaux d’exhaure (eaux claires).

 

Bientôt une app

Initiée à titre personnel dès 2018 par Yoeri Bellemans avec l’idée d’une plateforme participative, le projet porté par ce collaborateur du service Enseignement & Recherche de la KUL a mûri pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Afin de développer l’application de ce principe de réutilisation, le projet Open Source a même l’ambition de développer une application qui permettrait aux communes et aux intercommunales de localiser facilement les chantiers où l’eau est évacuée et rejetée à l’égout.

 

Info : http://opensource.brussels

 

Newsletter Green

  • Soyez toujours informés, abonnez-vous à la newsletter Green de Beci (gratuit)

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Partager