Coronavirus : des mesures supplémentaires sont nécessaires

3 mars 2020 à 09:03 | 825 vues

Dernières info 14.03.20

Consultez  les premières mesures de soutien économique dans le cadre du coronavirus.

Consultez la liste de FAQ validée par le Centre de Crise National tranchant les points en suspens au niveau des hôtels.


La Brussels Hotels Association (BHA) est l’organisation professionnelle du secteur hôtelier. Ses membres représentent plus de 15.000 chambres dans la Région de Bruxelles-Capitale et son hinterland économique (dont l’aéroport). Au moment d’écrire ces lignes, les annulations liées au coronavirus se chiffrent déjà à plus de 10 millions d’euros, en moins de 5 jours, rien que pour les hôtels bruxellois et ceux de l’aéroport. Ces chiffres s’aggravent d’heure en heure à une vitesse exponentielle jamais vue. A tel point que le rythme des annulations à Bruxelles dépasse à présent celui enregistré dans des villes comme Amsterdam, Paris ou Londres.

Au-delà du chiffre d’affaires, c’est évidemment et surtout la viabilité économique du secteur
qui est menacée. Rappelons que le GOPPAR belge (Gross Operating Profit Per Available Room) est déjà l’un des plus bas d’Europe en temps normal (Source : HotStats). Compte tenu de sa structure de coûts et de l’étroitesse de ses marges, le secteur hôtelier ne peut pas garder la tête hors de l’eau dans une telle situation.

Afin d’éviter les compressions de personnel, voire certaines faillites, la première mesure et la plus urgente qui doit être (ré)activée est le chômage temporaire pour force majeure automatique tant pour les ouvriers que pour les employés. Anticipons, dès maintenant l’évolution de la crise historique qui s’annonce. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre du temps. Il en va également de la sécurité de nos travailleurs. Le mesure que nous préconisons a fait ses preuves face à la crise déclenchée par les tragiques attentats du 22 mars 2016. Elle doit être réactivée de toute urgence.

L’impact sur notre secteur est déjà énorme (alors qu’il n’y a pas encore eu de cas de coronavirus dans notre pays et qu’aucune foire ou salon n’y a été annulée). Il faut donc s’attendre à ce que cet impact devienne gigantesque les heures et le jours qui viennent. Face à la gravité et à l’urgence de la situation, l’arsenal actuel en matière de chômage économique est inadéquat.

Du 22 mars 2016 au 21 janvier 2017, le chômage temporaire pour force majeure avait été automatiquement (sans conditions) accepté pour toutes les entreprises (de Bruxelles et du Brabant flamand). Cette décision forte du Gouvernement fédéral de l’époque avait permis de sauvegarder de très nombreux emplois.

La mesure avait été évaluée par le Ministre Kris Peeters comme suit : “Je ne peux qu’évaluer de manière positive les deux mesures qui j’ai prises, à savoir l’introduction du chômage temporaire pour force majeure et l’élargissement du chômage temporaire pour raisons économiques pour employés. Ce sont là des mesures qui apportent de l’oxygène. Les entreprises ne doivent pas ou pas entièrement payer les coûts salariaux de leur personnel, et les travailleurs affectés bénéficient d’un revenu de remplacement. Cela doit éviter des licenciements, et aider les entreprises à surmonter l’été. C’est un signe de solidarité dans le cadre de notre système de sécurité sociale qui fonctionne bien.”

C’est précisément pour tous ces motifs que nous en appelons à la mise en oeuvre urgente de cette mesure face à l’impact sur notre secteur de l’épidémie de Coronavirus en Europe et dans le monde.

Nous mettons à votre disposition une affiche, avec quelques conseils simples de prévention pour vous et vos employés. Vous pouvez la télécharger ici.

Gérez vos paiements en prévoyant un plan d’apurement et trouvez ci-joint les modèles de documents correspondants :

Partager