La préservation des entreprises et de l’emploi bruxellois est une priorité !

19 mars 2020 à 12:03 | 191 vues

(c) Getty

L’impact majeur de la crise sanitaire sur la population et l’économie bruxelloise est un fait.

Pour le bilan socio-économique de la crise, Beci et les secteurs évaluent à 223 millions d’euros les pertes financières des entreprises bruxelloises pour le seul mois de mars avec 44.600 emplois dans la balance. Dès la fin février, Beci prenait l’initiative d’évaluer avec les secteurs, les entreprises, les partenaires sociaux et le gouvernement bruxellois les mesures à prendre.

Dans le contexte que nous connaissons, il est primordial que les entreprises puissent continuer à fournir aux citoyens et à la population les biens et services dont ils ont besoin. Aujourd’hui, demain, dans un mois, dans un an. Pour y arriver, les employeurs, les entreprises, les travailleurs sont sur la brèche. Pour continuer à fonctionner, les secteurs et les entreprises ont besoin du soutien massif du politique. Tous les secteurs et les acteurs sont impactés et, certains, le sont de manière particulièrement brutale.

C’est dans ce contexte que la Task Force bruxelloise, partenaires sociaux et gouvernement, chargée de gérer les aspects socio-économiques de la crise, se réunira ce vendredi 20 mars. Voici les principaux thèmes abordés.

Pour donner aux entreprises et aux commerçants l’oxygène dont ils ont absolument besoin, Beci demande au gouvernement bruxellois de les exempter des taxes régionales et communales. A moyen et long terme, il convient de maintenir ce niveau de taxation bas, au lieu d’agir par voie de subventions. « Nous sommes prêts à aller dans ce sens », a réagi le ministre des Finances, Sven Gatz, « il est important que nous puissions surmonter cette période. »

« Tandis que la Flandre a décidé une indemnisation forfaitaire de 4.000 euros aux indépendants qui suspendent leurs activités et que la Wallonie a créé un fonds de crise de 100 millions d’euros, ainsi que le gel des taxes régionales », commente Jan De Brabanter, Secrétaire Général de Beci, « Bruxelles doit exempter les entreprises de taxes régionales et locales qui leur seraient fatales. »

Le secteur de l’alimentation joue pleinement son rôle. Pour la pérennité de ce rôle, le secteur demande que les services de garde d’enfants à l’école soient élargis aux enfants des travailleurs qui assurent la production alimentaire.

Le secteur des titres-services est touché de plein fouet de même que celui de l’intérim : la réduction des contacts réduit drastiquement leurs activités. Sans un soutien de la Région aux entreprises de ce secteur et à leurs travailleuses et travailleurs, de nombreuses personnes connaîtront des difficultés sociales majeures.

Le secteur de la construction se trouve impacté par la pénurie de masques buccaux (chômage technique) et par l’interdiction d’accès à certains chantiers. Il est demandeur de mesures pour éviter de subir des amendes pour retard compte tenu des difficultés circonstancielles (matériaux, personnel).

En cas de confinement généralisé, il faut veiller à ce que le citoyen puisse continuer à bénéficier du chauffage et de l’eau chaude sanitaire. À cet effet, il faut permettre la livraison de gasoil de chauffage. Le secteur de la distribution des carburants et combustibles doit être officiellement autorisé à poursuivre sa mission de service énergétique à la population. Pour des impératifs de logistique, et compte tenu de la suspension actuelle des recyclages, la durée de validité des permis de conduire C doit être prolongée de minimum un mois.

Quant à l’enseignement, il est impératif que les élèves et les étudiants poursuivent leur formation. Les écoles qui ne l’auraient pa s encore fait doivent mettre en place au plus vite les outils nécessaires pour qu’ils puissent suivre les cours ou recevoir des instructions en ligne. Il fait les aider dans ce sens.

Enfin, pour permettre aux entreprises de transport de fonctionner, le prélèvement kilométrique doit être suspendu jusqu’à nouvel ordre. En effet, ces entreprises vont être confrontées à des difficultés de liquidités dans les semaines et mois à venir.

Partager