« Nous avons suspendu un certain nombre de taxes »

Par Emmanuel Robert  - 7 avril 2020 à 11:04 | 545 vues

Fabian Maingain (D.R.)

Relancer l’économie de Bruxelles-ville : interview de l’échevin Fabian Maingain

L’heure n’est pas encore au déconfinement, mais chacun réfléchit déjà à l’« après »-épidémie. Les dégâts économiques seront importants. Comment relancera-t-on l’économie bruxelloise ? Que faire au niveau local ? Qu’en est il des taxes ? Nous avons interrogé les bourgmestres bruxellois, en commençant par la plus grande des 19 communes : Bruxelles-Ville. Fabian Maingain (Défi) en est l’échevin des Affaires économiques.

« Dans l’immédiat », explique-t-il, « nous avons suspendu un certain nombre de taxes communales. Ensuite, on veut agir en concertation. Nous avons demandé, au niveau des bourgmestres, la mise en place d’une réflexion globale entre les communes et la Région, qui se met en place avec le cabinet de Barbara Trachte, secrétaire d’État bruxelloise à la Transition économique. Nous voulons plaider la cause du commerce local auprès du fédéral. Surtout, il ne faudrait pas que la vie économique soit la dernière à reprendre. L’une des priorités à mes yeux, c’est la réouverture des marchés. Sur le territoire de la Ville, cela représente l’activité de 600 personnes. C’est un enjeu économique, mais aussi alimentaire et social : les marchés participent à la vie des quartiers. Je suis très préoccupé également du sort de l’horeca. »

Fabian Maingain évoque ensuite l’événementiel : c’est la Ville de Bruxelles qui accueille la plupart des grands événements régionaux, et ce secteur est aujourd’hui à l’arrêt complet. « Au moment du déconfinement, il faudra essayer de prioriser nos événements. Sera-t-il possible de reprendre progressivement, par exemple en autorisant d’abord des rassemblements de 500, puis 1.000 personnes ? Nous ne le savons pas encore. »

Au niveau local, il faudra permettre la reprise tout en respectant les règles sanitaires : « Comment le faire sans risquer de relancer l’épidémie ? Il faudra sans doute s’adapter en imposant temporairement certaines règles aux commerçants. »

Enfin, nous évoquons avec Fabian Maingain l’idée de « chèques-commerces locaux » inaugurée à Ganshoren. Sans l’exclure, il évoque plutôt la Zinne, la monnaie locale bruxelloise lancée voici deux ans. « L’idée d’une prime est également sur la table. Faut-il l’attribuer aux commerces ? Aux habitants ? Nous devons  encore faire l’arbitrage. »

Partager