Relancer l’économie à Koekelberg

Par  - 6 mai 2020 à 10:05 | 622 vues

Khalil Aouasti (c) Belga/Th. Roge Khalil Aouasti (c) Belga/Th. Roge

Relancer l’économie à Koekelberg : interview de l’échevin Khalil Aouasti

Koekelberg est l’une des plus petites communes de la Région bruxelloise. C’est aussi la moins peuplée et, logiquement, l’une des moins dotées en commerces : un peu moins de 300.

Leur activité, à la veille de la crise sanitaire, était déjà peu taxée, comme l’explique Khalil Aouasti (PS), échevin des Classes Moyennes et du Commerce : « Nous n’avons pas de taxe sur les surfaces commerciales, ni les étalages, ni les bureaux. En dehors des panneaux et des imprimés publicitaires, la seule taxe communale qui touche les commerces locaux, c’est celle sur les enseignes, qui est négligeable : 60 euros annuels par commerce, en moyenne. Néanmoins, nous n’avons pas procédé au recouvrement de la taxe 2019 et elle ne sera pas enrôlée cette année, jusqu’au mois d’octobre ». Le paiement de la seule concession communale (pour la cafétéria du hall des sports) a été suspendu, de même que la redevance sur les brocantes et marchés.

En dehors de ces mesures financières, Koekelberg a organisé un guichet de première ligne afin de centraliser toute l’information disponible sur les aides. La commune est aussi intervenue pour aider les commerçants à installer des parois de plexiglas aux comptoirs.

Khalil Aouasti aurait souhaité, comme ailleurs à Ixelles, Woluwe-Saint-Pierre ou encore Auderghem, lister les commerces ouverts sur le site communal, mais la version actuelle ne s’y prête pas. « Nous allons par contre éditer un guide des commerçants sur papier, qui sera distribué en toutes-boîtes. Et nous avons prévu une page des commerces locaux sur notre nouveau site web, lancé début juillet. »

Quant à la relance, l’échevin souhaite bien sûr inciter les habitants à retourner dans leurs commerces, « mais nous n’avons pas encore défini de modalités. La Région envisage son propre plan de relance et nous ne voulons pas décider trop vite, au risque de créer des doublons. » Un système de chèques-consommation, comme beaucoup de communes l’envisagent, n’est pas exclu.

La stratégie événementielle aura sa place : « On a reporté à septembre un important tournoi international de pétanque ; on voudrait proposer aux participants une réduction dans les restaurants des environs. Quant aux événements de plein air au parc Elisabeth, même si les mois d’été sont probablement perdus, une nouvelle programmation est en préparation pour le mois de septembre ».

Enfin, M. Aouasti en appelle au soutien de la relance par la Région, via le fonds de compensation fiscal : « C’est une discussion qu’on doit avoir entre niveaux de pouvoir, mais c’est un levier potentiellement important, qui peut représenter beaucoup pour les communes. »

Partager