La réouverture de l’horeca en toute sécurité est importante pour l’industrie alimentaire

5 juin 2020 à 10:06 | 422 vues

©Fevia

Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire belge, est satisfaite de la réouverture annoncée de l’horeca par le Conseil de sécurité. La fermeture de l’horeca pendant presque trois mois a affecté non seulement les établissements horeca eux-mêmes, mais aussi leurs nombreux fournisseurs issus de l’industrie alimentaire et des boissons. Des boissons aux ingrédients en passant par les plats préparés : un quart des ventes aux consommateurs belges sont réalisées par le secteur de l’horeca. Fevia demande donc un soutien continu aux entreprises du secteur alimentaire et des boissons concernées.

« Nous sommes soulagés qu’il existe désormais une perspective et un cadre clairs pour la réouverture de l’horeca, mais soulignons que cela doit être fait en toute sécurité et être réalisable. Nous soutenons la demande visant à donner du répit supplémentaire à l’horeca, par exemple en abaissant la TVA sur tous les aliments et les boissons dans l’horeca à 6 %, en plus d’autres mesures ciblées pour soutenir la reprise et stimuler la consommation dans l’horeca », déclare Jan Vander Stichele, président de Fevia. Des mesures peuvent également être prises au niveau régional afin d’absorber l’impact des mesures de prévention et la limitation du nombre de clients sur l’activité et le chiffre d’affaires des établissements horeca.

« En même temps, nos entreprises alimentaires et de boissons ont également besoin d’un soutien continu pour se rétablir, en prolongeant les mesures socio-économiques ou en prenant des mesures supplémentaires », déclare Bart Buysse, CEO de Fevia. « Nous plaidons donc pour la prolongation du régime de chômage temporaire « corona » tant que l’horeca ne tourne pas à plein régime. Des mesures pour encourager les investissements et maintenir la liquidité et le financement des entreprises sont également nécessaires. L’un des moyens pour y parvenir est d’intervenir dans les coûts du salaire garanti pour cause de maladie qui, en raison du Covid-19, avaient également fortement augmenté dans notre secteur. Et nous demandons le maintien d’un certain nombre de mesures de flexibilité telles que le crédit plus élevé pour les heures supplémentaires volontaires et l’assouplissement des contrats à durée déterminée successifs. »

En raison de la fermeture de l’horeca, du secteur du tourisme et de l’événementiel et de la perte d’une grande partie des exportations, la crise du coronavirus a un impact économique lourd sur les entreprises alimentaires belges. 1/3 des entreprises indiquent avoir des problèmes de liquidité et 90 % voient leur chiffre d’affaires baisser. Pour un quart des entreprises alimentaires et de boissons, le chiffre d’affaires a même baissé de plus de la moitié. Le redémarrage partiel des secteurs précités offre des perspectives d’amélioration. Mais Fevia souhaite continuer à consulter tous les secteurs concernés et les autorités compétentes en vue de la reprise économique sur les marchés nationaux et internationaux pour tous les maillons de la chaîne alimentaire.

 

Newsletter Générale - Article

  • Soyez toujours informés, abonnez-vous à notre newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Partager