Le recrutement en situation de sortie de crise sanitaires

25 juin 2020 à 10:06 | 393 vues

©Pixabay

Le recrutement des travailleurs constitue un volet important de la stratégie organisationnelle. Son implémentation au quotidien en appelle au déploiement d’efforts particuliers qui répondent à la fois à un contexte externe et à des objectifs établis en interne. 

Aujourd’hui, la crise Covid-19 constitue un facteur de disruption qui s’annonce majeur. Elle a en effet entrainé de nombreux bouleversements dans la bonne poursuite des activités de recrutement. Il existe cependant une ère de transition (et post-covid qui requiert dès maintenant une préparation des plus minutieuses.)

Bien que nous constations certaines reconfigurations des pratiques de sélection des candidats, le recrutement continue à faire partie intégrante des réflexes dans lesquels s’inscrit l’organisation. Alors que certaines industries se profilent comme étant davantage demanderesses de nouveau travailleurs, un grand nombre d’organisations est à la recherche de profils plus spécialisés dans la maitrise des outils permettant une poursuite du travail en distanciel. Le caractère incertain de l’évolution de la crise sanitaire explique en effet la nécessité d’investir dans des options qui garantiraient le recours à des formules de télétravail pour un nombre plus important de travailleurs sur les moyen et long termes.

En ce qui concerne les candidats, de nombreux travailleurs profitent actuellement  de la distance physique du lieu de travail pour parfois reconsidérer le choix de l’entreprise dans laquelle ils évoluent actuellement. L’absence de formules d’entrevues en présentiel permet quant à elle de libérer un temps important, ce qui techniquement offre aux candidats la possibilité de postuler plus vigoureusement qu’ils ne le faisaient en général.

 

Lors du recrutement, quelques bonnes pratiques s’avèrent essentielles

Tout d’abord, la crise sanitaire n’est plus localisée. Il est donc important d’éviter de questionner le candidat quant à ses déplacements potentiels dans d’éventuelles zones à risques. Ce type d’interrogation, en plus de ne plus être pertinent (et questionnable juridiquement) pourrait suggérer une forme de tracking qui met à mal la relation de confiance entre le futur employeur et le futur travailleur.

Il est ensuite crucial pour l’employeur d’insister sur l’attention particulière accordée aux gestes de protections déployés par l’organisation en vue de garantir la sécurité de ses travailleurs une fois que ceux-ci rejoindront le site.

Il est important de rester flexible et de discuter des différentes options proposées durant la période de transition (formules en présentiel ; en distanciel). L’objectif est en effet de maintenir un dialogue ouvert avec le futur travailleur.

Enfin, gardons à l’esprit que les recrutements en formule distanciel peuvent générer plus de stress que celui déjà vécu lors d’entrevues d’embauche traditionnelles. Il est dès lors crucial que le recruteur rassure dès le début de l’entrevue le candidat sur ce point.

 

.

Dr. Kamila Moulaï, PhD en Sciences économiques et de gestion

 

Partager