Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique – Août 2020

4 septembre 2020 à 12:09 | 450 vues

  • Le baromètre de conjoncture a continué de se redresser au mois d’août pour le quatrième mois consécutif.
  • Le climat des affaires s’est amélioré dans l’industrie manufacturière et dans les services aux entreprises. En revanche, la confiance s’est affaiblie dans la construction et dans le commerce.

Dans l’industrie manufacturière, les chefs d’entreprise portent un regard toujours plus positif sur leur situation actuelle, et notamment sur le niveau de leurs stocks.

Ils s’attendent également à ce que l’emploi continue de progresser dans les trois prochains mois. Dans les services aux entreprises, l’indicateur a augmenté grâce aux perspectives plus optimistes des chefs d’entreprises concernant leur activité propre et la demande générale du marché.

Le recul observé dans la construction résulte d’une contraction du carnet de commandes et d’une utilisation nettement moindre du matériel. Les chefs d’entreprise anticipent cependant une légère hausse de la demande dans les trois prochains mois. Dans le commerce, où l’indicateur s’est de nouveau replié après un vif rebond en juillet, toutes les composantes se sont dégradées, en particulier celles relatives aux perspectives d’emploi et, dans une plus large mesure encore, les prévisions de commandes auprès des fournisseurs. La courbe synthétique globale lissée, qui reflète la tendance conjoncturelle sous-jacente, est orientée à la hausse, en raison des résultats positifs des mois précédents.

Baromètre de conjoncture - août 2020

Les entreprises perçoivent une légère amélioration des conditions de crédit

Dans l’enquête trimestrielle sur l’appréciation des conditions de crédit menée en juillet 2020, les entreprises ont déclaré que les conditions générales d’accès au crédit bancaire, qui s’étaient considérablement dégradées en avril 2020 en raison de la crise sanitaire, se sont à peine améliorées.

Le pourcentage d’entreprises qui perçoivent les conditions de crédit comme étant restrictives s’élevait à 14,9 % en juillet, contre 16,3 % en avril. Les résultats par branche d’activité révèlent que les conditions de crédit ont été considérées comme moins contraignantes qu’au cours des trois mois précédents dans les services aux entreprises (15,4 %, contre 19,4 %) et, dans une moindre mesure, dans la construction (11,6 %, contre 12,7 %).

Dans l’industrie manufacturière, la perception de la contrainte de crédit s’est en revanche très légèrement renforcée (14,8 %, contre 14,3 %). La ventilation par taille d’entreprise montre que seules les petites entreprises (moins de 50 travailleurs) ont jugé les conditions de crédit moins strictes. La perception de la contrainte de crédit a continué d’augmenter dans toutes les autres catégories, en particulier dans les très grandes entreprises (500 travailleurs et plus).

conditions de crédit entreprises

 

Découvrez le baromètre dans son entièreté

 

Partager