2021, année de transition ? [enquête ERMG]

19 janvier 2021 à 12:01 | 513 vues

La perte de chiffre d’affaires que subissent les entreprises belges du fait de la crise du coronavirus a encore légèrement baissé en janvier, pour s’établir à 12 %. Cette modeste amélioration tient principalement à la poursuite du redressement du chiffre d’affaires dans les secteurs de la vente au détail non alimentaire, de la vente en gros et des activités immobilières. Pour l’ensemble de l’année 2021, l’amélioration attendue par rapport au chiffre d’affaires actuel reste limitée, mais les perspectives pour l’année prochaine se sont nettement améliorées, ce qui se reflète également au niveau des plans d’investissement pour 2022. C’est ce qui ressort de la nouvelle enquête de l’ERMG auprès des entreprises belges. Le nombre d’entreprises signalant des problèmes de liquidités a encore légèrement reculé, mais cela s’explique aussi par le fait qu’elles ont elles-mêmes pris certaines mesures qui s’imposaient. À titre d’illustration, depuis mars, près d’un quart des indépendants et des petites entreprises ont bénéficié d’une injection de moyens financiers supplémentaires en provenance du propriétaire, de sa famille ou de ses amis. Malgré ce soutien financier supplémentaire, les indépendants et les petites entreprises sont encore largement confrontés à des problèmes de liquidités et à un risque de faillite élevé. Enfin, les pertes d’emplois totales attendues ont sensiblement diminué, mais les résultats sectoriels indiquent que la politique en matière d’emploi devra faciliter autant que possible la transition entre les secteurs.

Une nouvelle enquête a été réalisée la semaine dernière par plusieurs fédérations d’entreprises et d’indépendants (BECI, SNI, UCM, UNIZO, UWE et VOKA). L’initiative est coordonnée par la BNB et par la FEB. Il s’agissait de la dix-septième d’une vague d’enquêtes menée depuis mars 2020 et dont l’objectif est d’évaluer l’incidence de la crise du coronavirus et des mesures restrictives sur l’activité économique et sur la santé financière des entreprises [1]. Au total, 5 348 entreprises et indépendants ont participé à l’enquête cette semaine.

Les entreprises belges font état d’une nouvelle légère amélioration de leur chiffre d’affaires en janvier

En tenant compte de la taille des entreprises et de la valeur ajoutée sectorielle, les entreprises interrogées cette semaine ont fait mention d’une baisse de 12,4 % de leur chiffre d’affaires comparativement à la normale. Cela représente une hausse de 1 points de pourcentage par rapport à l’enquête de décembre et de 5 points de pourcentage par rapport à celle de novembre. Comme lors des enquêtes précédentes, les entreprises interrogées situées en Région flamande et en Région wallonne rapportent une diminution du chiffre d’affaires comparable à la moyenne nationale, tandis que l’impact de la crise du coronavirus sur le chiffre d’affaires est plus important pour les entreprises interrogées de la région de Bruxelles-Capitale (-18 %).

L’amélioration observée en janvier est principalement due à un redressement du chiffre d’affaires dans les secteurs de la vente au détail non alimentaire, de la vente en gros et des activités immobilières, soit les secteurs d’activité qui ont été durement touchés lors du confinement de novembre. La perte de chiffre d’affaires par rapport à la normale a été d’environ 7 %, ce qui est comparable aux résultats observés en août. Le chiffre d’affaires des entreprises de la vente au détail non alimentaire a peut-être été influencé cette semaine par la période des soldes et par des remises relativement plus élevées que celles habituellement accordées au début de celle-ci. Étant donné que cet effet, comme celui d’une demande refoulée résultant de la fermeture des commerces non essentiels en novembre, est de nature temporaire, l’amélioration structurelle pourrait s’avérer un peu plus faible et la forte reprise des ventes dans les magasins non alimentaires pourrait être partiellement inversée dans les semaines à venir. Dans les autres secteurs d’activité, la perte de chiffre d’affaires est restée assez stable en janvier par rapport à décembre. La perte reste importante dans les secteurs les plus affectés, à savoir 79, 70 et 24 % respectivement dans le secteur des arts, spectacles et activités récréatives, dans l’horeca et dans le secteur des transports et de la logistique.

Pour consulter l’enquête complète, cliquer ici.

 

[1]  L’enquête de l’ERMG repose sur l’évaluation des entreprises qui participent à l’enquête. La comparaison dans le temps des résultats de l’enquête doit être interprétée avec une certaine prudence car les entreprises interrogées peuvent varier d’une enquête à l’autre. D’une part, les fédérations qui mènent les enquêtes auprès de leurs membres peuvent ne pas être les mêmes. D’autre part, les entreprises ne participent pas systématiquement à chaque enquête. Bien qu’une éventuelle surreprésentation dans l’échantillon des entreprises de certains secteurs soit corrigée, il est possible que les entreprises interrogées diffèrent dans le temps par d’autres caractéristiques.

Partager