Entrepreneurs bruxellois : la normalisation après le télétravail obligatoire doit être mise plus tôt à l’ordre du jour politique

11 mai 2021 à 16:05 | 432 vues

Le comité de concertation d’aujourd’hui a ouvert de nouvelles perspectives au secteur culturel, aux gymnases, aux saunas, aux clubs de sport et au secteur de l’événementiel. Très bien ! Le secteur de l’Horeca attend également avec impatience le 9 juin pour pouvoir accueillir les consommateurs à l’intérieur. Les terrasses, les cafés et les restaurants, la culture et les sports, les grands festivals et les foires commerciales, les voyages à l’étranger figurent désormais en bonne place dans l’agenda. Maintenant il est également temps de ramener le télétravail à des proportions normales. Pourquoi ne pas commencer dès le 9 juin par un plan de retour au travail en plusieurs phases ? 

Les employeurs bruxellois se félicitent évidemment des mesures prises à la suite du comité de concertation d’aujourd’hui, mais regrettent qu’un assouplissement du régime de télétravail obligatoire n’ait pas encore été discuté lors du comité de concertation. Olivier Willocx, CEO de Beci, explique : « J’entends bien qu’il est question de passer à un régime de télétravail ‘fortement recommandé’ à partir de juillet, mais c’est trop peu et trop tard, non seulement pour les entrepreneurs bruxellois mais aussi pour le bien-être des 732.000 salariés et indépendants de la Région bruxelloise ! » 

Les chiffres Corona évoluent bien, le nombre d’infections diminue, les chiffres de la vaccination évoluent régulièrement vers l’objectif de 70 % – également à Bruxelles ! – et la limite supérieure de 500 patients Covid dans les hôpitaux est réalisable. Bientôt nous pourrons à nouveau recevoir des personnes à domicile, des événements à l’intérieur avec 100 personnes, à l’extérieur avec 400 personnes, mais en allant travailler quelques jours par semaine pas encore ? 

Si, au début du mois de juillet, un signal est envoyé pour dire que le travail en présentiel est à nouveau autorisé, à des conditions strictes certes, mais que le télétravail reste fortement recommandé, cela signifie concrètement que les employés ne pourront renoncer au télétravail obligatoire qu’après les vacances ou la période estivale. Cela serait néfaste au bien-être mental de nos employés et à la reprise économique que tout le monde attend avec impatience. 

Beci demande donc que le télétravail figure dès maintenant parmi les priorités politiques, afin qu’avant même la période estivale, il soit question de ramener le travail à domicile à des proportions acceptables. Olivier Willocx : « Cela peut se faire progressivement et selon un plan par étapes dans lequel des projets pilotes avec un certain nombre d’entrepreneurs peuvent garantir un large soutien. Mais faites-nous participer à la concertation ! » 

Les employeurs bruxellois, comme les restaurateurs et les commerçants, sont les mieux placés pour appliquer et faire respecter des mesures et des critères restrictifs ! Ils demandent un dialogue rapide pour un plan de « retour au travail » par étapes contrôlé. De préférence également à partir du 9 juin. 

Partager