Le BECI s’oppose aux plans de réaménagement de la R21

28 octobre 2022 à 16:10 | 858 vues

Suite à l’annonce des projets de la Région de Bruxelles-Capitale, Beci, en collaboration avec la Communauté Portuaire de Bruxelles (CPB), a déposé une plainte auprès du Collège des Bourgmestre et Échevins de la Ville de Bruxelles.

Nous sommes en effet convaincus que le projet de réaménagement de la R21, dans sa forme actuelle, causera des dommages permanents aux entreprises au milieu de la partie Nord de la Zone du Canal. En outre, l’analyse et l’évaluation de ces dommages ne figurent pas dans l’Étude d’Incidences sur l’Environnement (EIE).

9000 emplois

Le pôle économique concerné par les nouveaux plans représente environ 9.000 emplois, dont certains sont peu qualifiés.

Le projet modifie structurellement les voies d’accès menant aux zones portuaires et industrielles voisines. Cette infrastructure est vitale pour le transport des matériaux et des marchandises vers le Ring de Bruxelles.

En outre, les plans de la Ville de Bruxelles vont à l’encontre de ceux du Gouvernement régional bruxellois, qui souhaite étendre l’utilisation du Canal pour le transbordement de marchandises et de matériaux.

Par ailleurs, trois autres projets – les passages pour piétons et cyclistes sous les ponts Sainctelette, De Trooz et Van Praet (Parkway 21) – ont également un impact sur les activités économiques du Port.

L’EIE incomplet

L’impact dévastateur de la suppression de voies de circulation et de la mise hors service de certaines routes n’a pas non plus été étudié dans l’EIE. Le projet réduit pourtant considérablement le nombre de voies de circulation sur la R21, qui passe de cinq (deux pour quitter la ville et trois pour entrer en ville) à deux voies (une dans chaque sens).

Par conséquent, le projet manque d’une vision globale des problèmes de mobilité et est en contradiction avec le plan de mobilité régional Good Move.

Retour à l’étude

À notre avis, l’ensemble du plan devrait retourner à l’étude, car les plans actuellement proposés sonnent le glas des activités économiques et autres dans la Zone du Canal de Bruxelles. 15.000 entreprises ont quitté Bruxelles au cours des cinq dernières années. Combien vont suivre ?

Enfin, nous exigeons d’être entendus au sein du comité de concertation et insistons donc pour y être officiellement conviés.

Consultez ici la note technique de Wery Legal ®

 

Partager