Produire 100% circulaire et local – L’enjeu pour le Bruxelles de demain ?

2 décembre 2020 à 09:12 | 365 vues

[article invité]

Le contexte de crise sanitaire, économique, sociale et environnementale dans lequel le monde se trouve aujourd’hui fait d’autant plus resurgir le besoin de relocaliser les systèmes de production afin de soutenir des modèles plus durables et résilients de nos sociétés. Ce changement de paradigme passera notamment par le développement d’une économie plus circulaire et locale, source de nombreuses opportunités. Bruxelles y travaille d’ores déjà avec de nombreux acteurs publics et privés qui ont commencé à investir dans cette voie. C’est le cas de citydev.brussels à travers notamment la gestion de ses 3 Fablab et la coordination du programme IRISPHERE. L’une de ses ambitions est de pouvoir créer un réseau de production locale alimenté par des matériaux de récupération bruxellois.

L’innovation au rendez-vous

Citydev.brussels est l’un des plus grands propriétaires fonciers en Région de Bruxelles Capitales avec ses 208ha de terrains et près de 235 000m² de bâtiments pour activités économiques. L’ancienne SDRB (Société de Développement Régional de Bruxelles) crée des espaces adaptés aux besoins des entreprises tels que des Fab Lab, incubateurs mais également des parcs d’activités pour grandes et petites entreprises ainsi que des logements, tout cela en collaboration étroite avec tous les acteurs régionaux compétents.

Cet acteur public s’est engagé dans la voie de l’innovation, de la performance environnementale et de l’économie circulaire depuis de nombreuses années tant dans ses projets immobiliers qu’à travers le développement de projets novateurs tels que le programme  IRISPHERE ou la mise en place de son réseau de 3 Fablab régionaux, les CityFab.

Les Fablabs au service de l’économie locale

Au printemps dernier, lorsque la Belgique a été confrontée aux conséquences du virus et aux nombreuses pénuries de matériels de protection, un élan de solidarité et de collaboration a vu le jour au sein de la communauté des Fablab, coordonné par citydev.brussels. Le principe des FabLab « Fabrication Laboratory » consiste en un atelier où toute une série de machines sont partagées, des plus modernes (imprimante 3D, découpeuse ou fraiseuse numérique,…) aux plus classiques (machines de menuiserie, machine à coudre, poste de soudure,…). Cet atelier est ouvert tant aux entrepreneurs, designers, artistes, qu’aux bricoleurs et étudiants, quel que soit le niveau de connaissance, assurant l’accès aux outils et aux savoirs pour concrétiser des projets à l’aide de machines pilotées par ordinateur.

L’enjeu de la crise était de produire des masques, des blouses, des visières et des vitres de protection, tout cela localement et dans un laps de temps le plus court possible. La mobilisation de la communauté des makers actifs dans le réseau des fablab bruxellois a permis de produire localement 115.000 visières, 33.000 masques et 4.300 blouses.

Cet exemple concret démontre l’extrême utilité de repenser les systèmes de production de manière plus locale et pouvant s’adapter aux problématiques contemporaines.

Développer l’économie circulaire en Région de Bruxelles-Capitale

Parallèlement, la dépendance de la Région en termes d’approvisionnement en matériaux pour produire ces biens est très importante. Alors que quotidiennement, Bruxelles laisse s’échapper des quantités importantes de matériaux en vue de leur élimination, elle fait entrer une quantité tout aussi importante de matières premières et de produits finis.

C’est l’une des raisons qui a poussé citydev.brussels à investir dans le programme IRISPHERE. L’objectif est de stimuler le développement de l’économie circulaire en Région de Bruxelles-Capitale en guidant les entreprises bruxelloises dans l’amélioration de la circularité des matières et en accroissant la coopération interentreprises au niveau régional. Par ces actions, l’ambition est de développer des nouvelles filières impactantes sur la Région mais également de créer des infrastructures permettant de valoriser les matières à Bruxelles.

Projets actuels d’économie locale

Actuellement, l’équipe d’IRISPHERE composée de 3 bureaux d’étude (Ecores, Greenloop et Lateral Thinking Factory) travaille sur la filière du bois afin de combler les besoins pour systématiser le réemploi de cette ressource, notamment dans le secteur de la construction. Le bois se retrouve dans la majorité des chantiers sous forme de bois de coffrage, d’échafaudage, de finition ou également de manière structurelle. Celui-ci pourrait être réutilisé tel quel ou transformé et mis à disposition d’acteurs de l’économie circulaire tels que par exemple les makers des fablab. Pourtant, aujourd’hui le manque de temps, de lieux de stockage, de coordination entre les acteurs ne permet pas d’aboutir à une réutilisation optimale de ce matériau.

Les prochains mois du projet seront consacrés au lancement d’un projet pilote pour expérimenter sur le terrain les solutions qui pourraient répondre à ces problématiques et créer une filière structurée au niveau de l’hinterland bruxellois. IRISPHERE a l’espoir de simplifier le fonctionnement aux deux extrémités de la chaîne : d’un côté, les acteurs de la construction désirant valoriser leur bois le plus durablement et localement possible ; de l’autre, en simplifiant l’accès au gisement pour les acteurs de la construction ou du monde du réemploi désirant utiliser des ressources secondaires.

A travers ses deux projets ambitieux, citydev.brussels mise pour l’avenir sur une production locale de biens à partir de matériaux circulaires répondant aux besoins de la Région pour relancer l’économie et rebondir suite à la crise.

Intéressé par ces projets ? Contact :

-Cityfab : pcollin@citydev.brussels

-IRISPHERE : info@irisphere.brussels

À propos de l’auteur

Laurie Verheyen, Collaboratrice du programme IRISPHERE

Partager