Starter Academy : du coaching jusqu’en décembre

Par Julien Semninckx  - 5 août 2021 à 08:08 | 433 vues

Chacun de nos Starters s’est vu attribuer les services d’un coach professionnel, membre de l’European Mentoring & Coaching Council. Ensemble, les jeunes entrepreneurs participent aussi à un groupe de réflexion visant notamment à travailler leur leadership.

Les entrepreneurs ayant intégré la première promotion de la BECI Starter Academy bénéficient, jusqu’à la fin de l’année, d’un coaching individuel et de groupe. Cela grâce à l’appui de l’European Mentoring & Coaching Council (EMCC). Cette fédération, qui compte un peu plus de 150 membres en

Belgique, est l’une des principales dans le monde (avec 8.000 affiliés). Elle existe depuis près de 30 ans avec la mission de tirer les pratiques du métier de coach vers le haut. Elle a ainsi mis en place un processus d’accréditation ainsi qu’un code de déontologie auxquels les membres doivent adhérer.

Un coach pour chaque projet  

« Cela fait déjà quatre ans que l’EMCC collabore avec BECI. Au printemps, lorsqu’Eric Vanden Bemden est venu nous demander de coacher de jeunes entrepreneurs, on a volontiers accepté de soutenir ce chouette projet », souligne Antoine Parmentier, président du conseil d’administration de l’EMCC Belgium. « Nous allons offrir les services bénévoles de 20 coachs, ce qui signifie que chaque entrepreneur aura son coach attitré qui l’accompagnera à raison de trois à cinq séances d’1h30 chacune. Il y aura aussi des séances collectives, par groupe de dix, jusqu’à la fin de l’année. »

Quels seront les thèmes abordés ? « On va principalement aider les entrepreneurs à développer leur leadership personnel et leur permettre de renforcer les compétences humaines et comportementales nécessaires pour vivre leur rôle d’entrepreneur. »

Cela afin de faire face aux différents défis auxquels ils sont confrontés en lançant leur projet. « L’entrepreneur est souvent seul et doit s’autostructurer, une autonomie qui n’est pas toujours facile à gérer. Il y a aussi la peur, surtout financière, car le salaire n’est pas fixe mais est directement lié au chiffre d’affaires. Il y a aussi le défi de l’échec qui peut arriver à chacun. Si comme au jeu, on n’est pas capable de perdre ou supporter l’échec, mieux vaut ne pas commencer à jouer ou à entreprendre. Enfin, il y a le challenge d’être indépendant et en même temps de pouvoir s’entourer et travailler avec un associé ou encore créer des partenariats avec des fournisseurs, des clients… »

Enthousiastes et motivés

Outre un coaching individuel, les Starters de la BECI Academy ont droit à un accompagnement collectif. Deux groupes de dix personnes ont été formés. Jusqu’en décembre, ils sont ainsi coachés par le biais d’un Groupe d’échange et de développement (GED) au rythme de deux heures toutes les deux semaines.

Antoine Parmentier, qui anime ces GED, est aussi enthousiaste que les participants. « Ce sont vraiment de beaux groupes. Ils sont tous terriblement motivés. Ils ont réellement envie d’avancer et de travailler sur leur leadership. Ils sont plein d’énergie et on indubitablement la volonté de mettre toutes les chances de leur côté pour que leur projet fonctionne. Même si cela peut paraître normal puisqu’ils sont en phase de découverte ou démarrage de leur premier projet en tant qu’entrepreneur.

L’accompagnement individuel et collectif les aidera certainement à mettre les protections suffisantes pour leur permettre de déployer toute leur puissance. 

Le dynamisme dans le groupe est dès lors bien différente que celui qui prédomine dans le programme reSTART de BECI qui s’adresse aux entrepreneurs ayant connu la faillite. C’est pourquoi, avec les Starters, on va surtout travailler le leadership plutôt que la résilience. »

Partager