Recruteur : pratiquez l’écoute active

11 mai 2021 à 14:05 | 212 vues

[article d’Actiris]

En entretien d’embauche, il est parfois difficile pour le recruteur ou l’employeur de ne pas parler de trop. Or, l’entretien d’embauche n’est pas un monologue mais bien un dialogue ou chaque mot compte. Pratiquer l’écoute active en entretien permet des discussions beaucoup plus qualitatives.

Si vous faites passer des entretiens d’embauche aux chercheurs d’emploi, ne vous est-il jamais arrivé de laisser repartir un candidat sans avoir pris vraiment le temps de bien l’écouter et d’avoir un sentiment d’inachevé ?  Si la réponse est oui, ne vous inquiétez pas. C’est tout à fait normal, voire même humain. C’est parce que, lors de cet entretien, vous avez tendance à trop parler. L’écoute active permet d’être plus attentif aux propos du candidat et de lui poser juste les bonnes questions pour lui permettre d’aller plus loin dans ce que vous voulez connaître de lui. Et l’écoute active, ce n’est pas très compliqué.

1. Questionner

L’écoute active est basée sur une posture d’empathie et de questionnement. Le principe de base est de comprendre au mieux les réactions et les émotions du candidat pour pouvoir lui poser des questions pertinentes qui font faire avancer l’entretien. Pour y arriver, première leçon : lâchez vos notes. Si quelques notes sont utiles pour débriefer un candidat, rester plongé le nez dans son carnet est à proscrire. Vous devez être ouvert, attentif, le regard posé dans celui du candidat. Double avantage : vous serez plus à même de suivre le moindre détail de l’entretien et le candidat se sentira tout de suite mieux considéré.

Dans cette posture, il est alors beaucoup plus simple de poser les bonnes questions au candidat. Des questions essentiellement de rebond sur ses propos pour aller plus loin, mieux comprendre ses motivations, son parcours.

Pour ce faire, privilégiez toujours les questions ouvertes, c’est-à-dire des questions qui n’appellent pas une réponse par oui ou non. Commencez par exemple vos questions par « en quoi » ou « qu’est-ce qui vous fait dire que ». L’entretien d’embauche n’est pas un monologue mais bien un dialogue ou chaque mot compte.

2. Reformuler

Dans le cadre de l’écoute active, la reformulation est extrêmement importante également. Elle permet d’affirmer votre intérêt pour les propos de votre interlocuteur mais aussi d’être sûr d’avoir bien compris toutes les nuances du discours du candidat. La reformulation est une main tendue vers plus de réflexion et plus de profondeur dans le discours parfois formaté de l’entretien d’embauche. Utilisez des formules comme « Quand vous dites ça, vous voulez bien dire que… » permet au candidat de réfléchir à ce qu’il vient de dire et, peut-être, d’aller un peu plus loin dans son explication.

3. Recadrer

En écoute active, le cadrage est très important. Dès le début de l’entretien, précisez l’objectif et les grandes étapes de la discussion. Si besoin, durant l’entretien, pour éviter les digressions n’hésitez pas à recadrer. Le but de l’écoute active est d’aller chercher les éléments les plus pertinents dans le discours du candidat.

Besoin d’autres conseils pour vous aider à recruter ? Les consultants Select Actiris sont à votre disposition gratuitement pour vous accompagner de A à Z dans vos procédures de recrutement.

 

Actiris Bruxelles

Partager