Georges Gilkinet (ecolo), Vice-premier et ministre de la Mobilité et la SNCB: “Le train est un levier économique hors pair »

20 février 2023 à 19:02 

Georges Gilkinet (ecolo), Vice-premier et ministre de la Mobilité et la SNCB: “Le train est un levier économique hors pair ». Georges Gilkinet (ecolo), Vice-premier et ministre de la Mobilité et la SNCB: “Le train est un levier économique hors pair ».©Mouhammadou Sy

Georges Gilkinet (ecolo), Vice-Premier et Ministre de la Mobilité et de la SNCB a déclaré que le train est plus que jamais un levier économique. Le ministre était l’invité du deuxième Beci’s Wednesday, les conférences politiques After Work organisées par Beci.

Chaque euro investi par le gouvernement dans le rail rapporte 3 euros. Le nouveau plan ferroviaire du ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, qui prévoit un investissement de 44 milliards d’euros au cours des dix prochaines années, générera donc un retour sur investissement de 132 milliards d’euros à terme. C’est l’une des informations intéressantes que j’ai retenues de cette conférence.

Interview de Georges Gilkinet

 

Contrat de gestion

Le 23 décembre dernier, la SNCB et le ministre fédéral de la mobilité Georges Gilkinet ont signé un nouveau contrat de gestion. Certaines ambitions se démarquent, telles que l’augmentation du nombre de kilomètres parcourus par train, ainsi que la ponctualité. En ce qui concerne le transport de marchandises, le gouvernement souhaite doubler le nombre de marchandises transportées par voie ferrée. Bruxelles ne sera pas non plus oubliée.

 

Tarifs

Les tarifs doivent également devenir plus attractifs. Cela pourrait être réalisé grâce à des tarifs variables, où l’heure de la journée déterminera le prix du billet. De plus, l’offre de trains sera considérablement étendue, avec des trains plus tôt et plus tard dans la journée. Cela permettra également de mieux s’adapter aux loisirs. Après le travail, il sera à nouveau possible de d’aller au cinéma, théâtre ou de participer à concert.

 

Investissements

Le plan prévoit également des investissements supplémentaires d’environ 700 millions d’euros à Bruxelles. Ces investissements iront entre autres aux trains S, mieux connus sous le nom de GEN. De plus, les différents partenaires réfléchissent à la manière dont les plus de 30 gares bruxelloises pourraient être intégrées dans une offre ferroviaire intra-muros complète.

 

Trains internationaux

En outre, Georges Gilkinet souhaite que Bruxelles redevienne la plaque tournante des trains internationaux (de nuit). C’était le cas il y a des dizaines d’années. Avec l’extension de l’offre de trains de nuit internationaux de quelques acteurs privés, cela devrait être possible. Le gouvernement fédéral souhaite soutenir ces initiatives, y compris financièrement.

 

Emploi

La SNCB et Infrabel emploient 10 000 personnes à Bruxelles. Seulement 1 500 d’entre elles sont des Bruxellois. La majorité du personnel vient donc de Flandre et de Wallonie. Selon le ministre, les Bruxellois méritent mieux. Des efforts sont en cours pour y remédier. L’Infrabel Academy, le centre de formation de l’opérateur ferroviaire, est situé à la gare de l’Ouest à Molenbeek. En outre, les différents partenaires collaborent pour attirer des davantage de bruxellois.

 

Cieltje Van Achter, N-VA

Pour le troisième Beci’s Wednesday, Cieltje Van Achter, chef de groupe du N-VA au parlement bruxellois sera notre invitée. Elle parlera entre autres de l’avenir de Bruxelles, de la relation avec la Flandre et de la représentation garantie pour les néerlandophones.

Réservez votre place : https://agenda.beci.be/cieltje-beci-s-wednesday

Le plan rail en 10 points :

 

 

Partager