« La 5G couvrira 98 % du territoire belge en juin 2024 » – Petra De Sutter

27 janvier 2022 à 06:01 | 340 vues

Comparée à d’autres pays européens, la Belgique accuse un retard certain dans le déploiement de la 5G. Les négociations récentes entre le fédéral, les Communautés et les Régions ont permis de lever les éléments de blocage majeurs dans ce dossier épineux. Petra De Sutter, Vice-Première Ministre et ministre en charge notamment des Télécommunications, promet un premier déploiement de la 5G pour fin 2022.

Quels seront les bénéfices de la 5G ?

Petra De Sutter : « Les entreprises en seront les premières bénéficiaires. Les applications industrielles, notamment, bénéficieront d’une meilleure précision et d’une vitesse accrue. À terme, la 5G permettra aussi un grand bond en avant de tout ce qui est ‘Smart’ : Smart Cities, Smart Mobility, Smart Engineering, Smart Agriculture, etc. Tout ceci ouvrira la voie à la création d’applications dont on ne connaît pas encore la portée aujourd’hui. En tant qu’écologiste, je suis également persuadée que des applications devront aider aussi à lutter pour l’efficacité énergétique et la neutralité carbone et contre le changement climatique. »

En tant qu’écologiste précisément, n’émettez-vous pas certaines craintes ?

P. D. S. : « D’un côté, on ne peut pas nier les préoccupations qui existent depuis longtemps – pas seulement avec la 5G d’ailleurs – par rapport aux radiations électromagnétiques et à leurs effets sur l’environnement et sur la santé. De l’autre, aucune preuve scientifique ne nous fait entrevoir un quelconque danger de la 5G pour le moment. Il faudra cependant y rester attentif sur le long terme. À cet effet, nous avons prévu un système de monitoring dès que la technologie sera déployée. Une plateforme mettra en ligne les résultats de ce monitoring ainsi que toutes les études et connaissances dont nous disposerons sur le sujet. »

Une autre préoccupation est la consommation énergétique accrue des nouvelles technologies…

P.D.S. : «Il est évident que les data centers consomment énormément d’énergie. Avec la 5G et l’Internet des objets, cette consommation augmentera incontestablement. Il faudra développer suffisamment d’applications qui, grâce à la 5G, en permettront une meilleure maîtrise. L’un des défis sera d’aller vers un secteur télécoms plus vert, durable et circulaire. Plus globalement, dans le dossier de la 5G, il s’agit de garder un juste milieu : il faut avancer car cette évolution est vraiment attendue par l’industrie et les entreprises, tout en maintenant un principe de précaution par rapport à ses effets. Il ne faut surtout pas tomber dans l’un ou l’autre extrême ! »

Quel est le calendrier pour le déploiement de la 5G ?

P. D. S. : « Depuis environ trois ans, le dossier bloquait sur deux éléments : la répartition des revenus des licences mises aux enchères et le quatrième opérateur entrant. Ces problèmes sont à présent résolus depuis le Codeco du 24 novembre 2021. D’une part, les revenus des licences seront bloqués sur un compte, puis on discutera avec les Communautés et Régions pour décider de leur répartition. D’autre part, les paramètres des enchères ont été modifiés pour assurer la réservation de spectres nécessaires à un quatrième opérateur plutôt B2B. Les enchères auront lieu en mai ou juin. À partir de ce moment- là, les opérateurs télécoms auront deux ans pour arriver à 98 % de couverture du territoire belge. On sera alors en juin 2024. Ils auront ensuite quelques années de plus pour atteindre 99,8 % de couverture. »

Y a-t-il encore d’autres freins ?

P. D. S. : « La taxe sur les pylônes, antennes et infrastructures – une taxe qui relève des villes et communes – pourrait encore constituer une barrière pour les opérateurs. Même si les négociations ne sont pas encore conclues à ce stade, je pense que vers la fin de cette année, le premier déploiement de la 5G sera effectif pour le business et les consommateurs belges. Nous pourrons alors commencer à rattraper le retard que nous avons pris sur les autres pays européens. »

 

À propos de l’interview

Petra De Sutter, Vice-Premier ministre et ministre de la fonction publique, des entreprises publiques, des télécommunications et des postes & Philippe Van Lil, Rédacteur pour Europe Media Communication

Partager