Le Covid a modifié les profils des intérimaires

28 mars 2022 à 07:03 | 512 vues

Après un fort ralentissement de l’intérim en 2020, le marché est reparti à la hausse. Et ces derniers mois, la demande a littéralement explosé. Pour pallier les besoins urgents en main-d’œuvre, mais aussi pour engager ensuite les travailleurs sous contrat de longue durée. Qui sont ces travailleurs intérimaires ? Et quel intérêt votre entreprise a-t-elle d’utiliser ce type de contrat ? Le point avec BECI. 

Contrats hyper flexibles, absence de préavis, maintien des droits des travailleurs… L’intérim offre de beaux avantages, tant aux employeurs qu’aux employés. C’est particulièrement vrai sur un marché où il est difficile de trouver des talents et où les contrats à durée déterminée se font de plus en plus contraignants.

L’intérim, une solution win-win

Côté employés, l’intérim est un tremplin vers le marché du travail à tout moment de la carrière, que l’on soit jeune diplômé ou expérimenté. Beaucoup de jeunes développent une première expérience professionnelle grâce au travail intérimaire. C’est un moyen souple de s’épanouir personnellement et professionnellement. Par ailleurs, une première rencontre avec une entreprise dans le cadre d’un contrat intérimaire peut mener à un contrat fixe. 

Le travail intérimaire permet également aux jeunes diplômés et demandeurs d’emploi de découvrir la réalité de terrain dans divers domaines. De même, l’intérim peut apporter la sécurité financière à un moment où la personne ne peut ou ne souhaite pas exercer un emploi fixe. 

Côté employeurs, l’intérim peut pallier le manque ponctuel de main-d’œuvre, mais pas seulement… Puisque, sur un marché du travail tendu, trouver la perle rare dotée d’une belle expérience n’est pas toujours facile, une solution consiste à sélectionner, via l’intérim, des travailleurs moins expérimentés et à investir dans leur formation. Pour les entreprises, engager d’abord un travailleur sous contrat intérimaire le temps d’un apprentissage permet de s’assurer de sa motivation et de sa fiabilité. Tout le monde sait qu’un talent mal choisi peut coûter très cher à l’entreprise.

Par ailleurs, les talents sont de plus en plus en quête de sens. Là encore, l’intérim est un outil très intéressant. Le talent peut ainsi vérifier si le job correspond à ses attentes et l’employeur peut tester la motivation réelle du candidat. 

Covid et intérim

Suite à la crise sanitaire, de nombreuses personnes ont dû mettre fin à leur activité ou ont perdu leur job et doivent se réorienter. Dans ce contexte, l’intérim est un outil important d’activation des demandeurs d’emploi. Le Covid a modifié les profils des intérimaires. Contrairement à certains préjugés, l’intérim n’est plus réservé aux travailleurs non qualifiés. Certains domaines en pénurie engagent des intérimaires aux profils très pointus. De belles opportunités sont donc à saisir, tant pour les travailleurs que pour les entreprises.

Quelques chiffres

  • 61 % des intérimaires sont des femmes
  • 1 intérimaire sur 2 a moins de 30 ans
  • 66 % des intérimaires ont pour objectif premier de gagner de l’argent. Trouver un travail fixe arrive en 2e position (33 %), suivi de l’acquisition d’expérience dans un nouveau domaine (26 %)
  • 7,2/10 : c’est le score de satisfaction global des intérimaires. 

Source : rapport annuel de Federgon

 

À propos de l’auteur

Gaëlle Hoogsteyn, Journaliste spécialisée en RH, finance & entrepreneuriat

Partager