Les (bonnes) raisons de passer au slow cosmétique

19 mai 2021 à 08:05 | 309 vues

[article invité]

On nous a demandé d’écrire un article sur les raisons de passer au slow cosmétique de maximum 1,5 pages… Un vrai challenge ! C’est parti !

Le premier point, c’est l’avantage du solide ! 

Adieu la culpabilité des océans inondés de déchets et produits toxiques qui impactent la flore et bienvenue aux produits zéro déchets et leurs packagings biodégradables ! De plus, ils ne prennent pas beaucoup de place et peuvent vous accompagner dans toutes vos aventures et voyages.

On pense aux océans mais également à soi. En effet, les produits sont composés de matières premières naturelles qui prennent soin de notre corps. Quoi de mieux qu’être beau et belle au naturel ? Et oui, opter pour ces alternatives ne veut pas dire mettre de côté notre beauté ! Les poudres végétales utilisées ont toujours des bienfaits. Par exemple, concernant les shampoings de la marque Betree, chaque poudre choisie  a des propriétés démélantes comme la poudre de guimauve, anti-pelliculaires comme la kachur de sugandhi ou encore fortifiantes comme la poudre d’écorce d’orange. À vous de trouver votre bonheur ! De plus, les huiles naturelles telles que l’huile de graines de moutarde permettent brillance et douceur… Au naturel. 

De plus, le nombre d’artisans locaux sont de plus en plus nombreux à agir pour l’environnement et la santé et ce, en proposant des produits fait-mains et évitant tous produits chimiques et néfastes. Comme par exemple :

  • Le silicone. Si la liste d’ingrédients est composée de mots qui finissent en -cone ou en -xane (comme dimethicone, cyclomethicone, cyclopentasiloxane) c’est que votre produit en contient. 

En effet, ce produit obstrue la peau, étouffe vos cheveux et se dégrade après environ 450 ans dans la nature. 

  • Les huiles minérales (paraffine et vaseline) qui sont dérivées du pétrole bouchent les pores et provoquent de l’eczéma. 
  • Le parabène (parahydroxybenzoate de méthyle, l’éthylparabène…). Ce sont des conservateurs non naturels dont de nombreuses études suspectent ce produit d’être cancérogène. 
  • L’éther de glycol (phénoxyéthanol, phénoxytol). Il est considéré comme perturbateur endocrinien. On lui attribue également l’origine d’allergies difficiles à diagnostiquer. 

Mais ne vous inquiétez pas, les consommateurs qui ont banni ces éléments et qui prônent les alternatives sont exigeants au niveau de la qualité, de la provenance mais aussi de l’expérience utilisateur. Et ils ont l’air plus que satisfaits car le chiffre d’affaires et l’apparition de ce type d’activité ne font que croître. Alors un dernier conseil, informez-vous, testez et sautez le pas !

En conclusion, on espère avoir été droit au but et convaincantes ! Si on vous a convaincu alors n’hésitez pas à faire un tour sur notre site internet pour des alternatives faites-mains par amour et par deux jeunes femmes passionnées.

 

À propos des auteures

Charlotte Piessevaux & Victoria Boël, Fondatrices de Betree

Partager