Parkway 21 menace gravement les entreprises portuaires

21 septembre 2023 à 11:09 

La zone du canal embouteillée de toutes parts Parkway 21 menace gravement les entreprises portuaires

La Communauté Portuaire de Bruxelles (CPB) représente près de 10.000 emplois. Des entreprises qui craignent pour leur avenir, et celui du dynamisme de Bruxelles, suite au projet Parkway 21 qui vise à réduire l’avenue Van Praet à une seule bande en venant de l’autoroute d’Anvers (A12).

En prolongeant l’A12 en flux continu, l’avenue Jules Van Praet permettait de rejoindre la zone du canal (premier pôle logistique et industriel en Région bruxelloise) sur trois bandes descendantes. Pour remonter vers l’A12, il y avait les deux bandes de l’avenue des Croix du Feu. Mais tout cela va être balayé par le projet Parkway 21. Son permis a déjà été délivré et les travaux viennent de débuter. À l’issue de ceux-ci, l’avenue des Croix du Feu fera place à un grand parc cyclo-piéton où circulera aussi le tram. Il n’en restera plus que la voirie longeant les habitations qui sera laissée en circulation locale. Afin d’assurer la remontée automobile vers l’A12, l’avenue Jules Van Praet sera mise à double sens. Il n’y aurait plus qu’une seule bande descendante. En compensation, un rond-point au bas de l’artère (devant la station Texaco) permettra de rejoindre la chaussée de Vilvorde (sans imposer la boucle devant le Docks). Ce sont les travaux de ce rond-point qui viennent de débuter.

Recours possibles

Un premier chantier qui pourrait cependant se voir contraint d’arrêter. La Communauté Portuaire de Bruxelles (CPB) entend bien déposer un recours en annulation et/ou en suspension. « On est venus avec plusieurs revendications auprès de la ministre Elke Van den Brandt et on attend le permis modificatif qui va en découler », insiste Michel De Bièvre, président de la CPB. « On demande la création d’une bande ‘intelligente’ sur l’avenue Van Praet. Plutôt que de fixer une bande de circulation descendante et deux montantes, on veut que la bande du milieu soit descendante le matin et montante le soir. On réclame aussi la création d’une voie de secours le long du mur du domaine royal afin que les voitures en panne ou les véhicules d’intervention puissent s’y ranger ou l’emprunter. Sur le principe, il y a un accord sur ces points avec les trois ministres régionaux (Van den Brandt, Maron et Persoons). Il y a même une lettre signée. Mais on attend de voir le contenu modificatif avant de décider si on renonce à notre recours. »
Le timing des travaux prévoit la fin de l’aménagement du rond-point en décembre. C’est alors que les travaux STIB commenceront sur Croix du Feu et que l’avenue Jules Van Praet sera mise à double sens.

Incompréhension du politique ?

Mais fallait-il vraiment procéder à de tels réaménagements dans une zone à forte concentration industrielle où l’accès au canal s’avère primordial ? Pourquoi, comme d’habitude, les principaux acteurs concernés ne sont pas consultés alors que leur expertise est bien plus pertinente que celle de fonctionnaires ? Pourquoi entamer ces travaux alors que le viaduc de Vilvorde est en chantier pour minimum six ans et que le pont de Buda n’est toujours pas réparé ? Pourquoi dédaigner, encore et toujours, les acteurs économiques qui font vivre Bruxelles et ses habitants ?
Mais en Belgique, et tout particulièrement à Bruxelles, l’on peut légitimement se poser la question : le monde politique s’inquiète-t-il du monde économique ?

 

 ➤ Tous nos articles sur la mobilité à Bruxelles ICI

 

À propos de l’auteur

Julien Semninckx, Journaliste indépendant chez BECI

Partager