« Pour grandir, il faut aimer se faire challenger »

7 décembre 2022 à 14:12 | 190 vues

Sérial entrepreneur, dirigeant de la Virtuology Academy, Alain Heureux pilote aussi le programme daccélération Medofly de Beci. Il en détaille le fonctionnement et la philosophie.

Comment lidée de Medofly est-elle né? ICAB, Greenbizz, Molengeek, BeCentral, KBC Start it,d’autres encore… Il y a déplusieurs dispositifs rôdés daccompagnement des start-ups à Bruxelles, auquel une chambre de commerce a peu à apporter. Par contre, et cest pareil ailleurs en Belgique, il existe peu de structures dencadrement des scale-ups. Ici, Beci peut avoir une réelle valeur ajoutée, de par la puissance de son réseau et sa connaissances fine à la fois des écosystèmes dentreprises et des institutions bruxelloises. Mais aussi à linternational, la chambre disposant dun réseau de contacts à travers le monde.

A quoi correspondent le Me, le Do et le Fly ? Le Me renvoie à une certaine introspection. Par nos conférences-rencontres avec des scalers qui ont réussiUnivercells, eFarmz, Efficy, CowBoy et beaucoup dautres – , nous voulons inspirer des porteurs de projets. Mais aussi les amener à sinterroger lucidement sur leurs ambitions et ce qu’ils sont prêts à donner deux-mêmes pour les atteindre.

Après présentation de leur entreprise, ceux prêts à se lancer dans laventure du scaling intègrent la partie Do du programme. Ici, avec laide de nos experts dans 10 domaines clés, nous voulons, en les challengeant, les aider à identifier les facteurs importants pour leur projet de croissance et les nœuds qui pourraient les entraver.

La partie Fly consiste, trimestre après trimestre et sur une période de trois ans, à accompagner les entreprises, en évaluant avec elles les progrès et en leur donnant accès aux ressources du réseau – très riche de Beci. Les CEO restent totalement maîtres du rythme auquel ils implémentent les actions qui peuvent émaner de nos discussions. Pour notre part, nous nous engageons avant tout à leur poser les bonnes questions.

Quelles entreprises le programme vise-t-il ? Typiquement, ce genre de programme sadresse à des soc iétés qui tournent entre 200,000 et 2 millions de chiffre daffaires. Au-delà, la plupart entrent en discussion avec des sociétés de capital-risque ou avec des cabinets-conseil spécialisés. Pour notre part, nous navons pas voulu établir de pallier. Nous voulons accueillir des entreprises qui ont déune activité établie, mais surtout une envie de grandir et un business model qui tienne la route.

Ce nest pas toujours le cas ? Les entreprises à ce stade de développement sont souvent focalisées sur la vente et le marketing, qu’elles voient parfois comme leurs uniques priorités. Mais la croissance dépend aussi grandement de votre capacité à adapter votre offre de produits et de services, à monter et conduire une bonne équipe de management, à instaurer lesprit dinnovation et à questionner votre business-model.

Quelles sont les ambitions du programme ? Nous espérons attirer entre 40 et 60 entreprises / an sur les trois premières années et de créer ensuite un vrai effet dentrainement. Car lidée nest pas de refermer le programme au terme de ces trois ans, mais bien den faire progressivement une activité structurelle pour Beci. Lambition est de créer et dalimenter une communauté de sociétés de croissance. Leurs CEO nont peut-être pas besoin de la chambre pour se voir et échanger, mais cest encore mieux si nous pouvons faciliter et encourager un mouvement perpétuel dans ce sens. Car les scale-ups sont un moteur économique puissant et générateur demplois.

 

Alain Heureux, dirigeant de la Virtuology Academy & Eric Vanden Bemden, coordinateur du programme MeDoFly – evb@beci.be – +32 475 231407

Infos sur le programme de croissance MeDoFl

Partager