Télétravail : organiser le présentéisme et non l’absentéisme

Par Gaëlle Hoogsteyn  - 15 avril 2021 à 08:04 | 591 vues

[article invité]

Depuis plus d’un an, le télétravail s’est imposé partout où il le pouvait, changeant radicalement nos habitudes de travail. Un jour toutefois, nous pourrons retourner au bureau. Ce retour est à la fois attendu par de nombreux travailleurs et redouté par d’autres. Pour un retour sur site bien géré, revoir d’ores et déjà sa politique de télétravail est une nécessité. Les explications d’Eric Vidal, coach spécialisé en télétravail.

Cohésion, innovation, décision

Il y a un an à peine, le télétravail était une pratique réservée aux privilégiés. Il était organisé « à tour de rôle », avec comme objectif d’avoir toujours au moins une personne du service sur place. Aujourd’hui, les experts s’accordent sur le fait qu’il ne faut plus organiser l’absence, mais bien la présence des travailleurs. « Car si nous avons vu que beaucoup de choses étaient possibles à distance, certaines devraient de préférence avoir lieu en personne », commente Eric Vidal. Notre expert pense par exemple aux moments d’échange en équipes, aux brainstormings, aux réunions nécessitant une prise de décision importante… « Même si toutes ces activités peuvent être organisées en ligne, elles seront bien plus efficaces en présentiel. Qu’on le veuille ou non, l’écran crée de la distance, du détachement. » 

Au niveau de l’innovation également, l’émulation de groupe à faire émerger de nouvelles idées ne sera pas du tout la même selon que l’on travaille dans la même pièce ou à distance. « À distance, il manque l’essence de l’échange. Ce n’est pas parce que c’est techniquement possible que c’est humainement la bonne solution. » Un autre exemple est celui de l’entretien d’évaluation. Même si on peut le faire par écran interposé, la plus-value de celui-ci sera beaucoup moins impactante. « N’oublions pas qu’une grande partie de la communication est non verbale et que celle-ci est beaucoup moins perceptible en visioconférence. »

En dehors de l’efficacité, aller travailler régulièrement sur site est indispensable à la cohésion d’équipe, à la motivation, au sentiment d’appartenance, aux contacts sociaux, etc. Fêter ses réussites ensemble est aussi important. Organiser un drink ou un teambuilding à distance, ce n’est pas l’idéal. « Passer du temps en équipe permettra aussi de mieux réaliser les tâches effectuées à distance, parce qu’on connaît nos collègues, qu’on a confiance en eux, qu’on sait à qui s’adresser en cas de besoin, etc. » C’est pourquoi, au lieu de veiller à ce qu’il y ait toujours une personne de l’équipe sur place, il faudra désormais s’organiser pour qu’au moins un ou deux jours par semaine, toute l’équipe soit là ! 

De nombreux préjugés sont tombés

Pour notre coach, cette année de télétravail a vraiment changé la perception (parfois négative car imposé et non préparé en amont) que les gens avaient du télétravail. D’une part, certaines personnes qui n’avaient jamais télétravaillé ont pu découvrir ce mode de fonctionnement, et d’autre part, même dans la société qui ne pratiquait pas le télétravail, force a été de constater que c’était possible et que cela fonctionnait. 

Les attentes des travailleurs ont donc forcément changé. Les jeunes déjà étaient demandeurs de télétravail ; aujourd’hui, c’est toutes les générations de travailleurs qui sont susceptibles de l’être. « Selon moi, faire revenir tous ses travailleurs full time sur site ne sera pas accepté. Il faut que la présence sur le lieu de travail apporte une valeur ajoutée. Un nouvel équilibre devra être trouvé. »

Déjà préparer la reprise : une nécessité

De nombreuses entreprises sont conscientes de la nécessité de réorganiser (voire de mettre en place) une politique de télétravail. La mise en place du télétravail imposé nous est tombée dessus du jour au lendemain. L’erreur à ne pas commettre est que le retour au travail se fasse aussi du jour au lendemain, au gré des décisions du gouvernement. « On sait que ce retour au travail se fera un jour ou l’autre avec de nouvelles revendications en termes de télétravail. Aussi, je conseille à toutes les entreprises de déjà se préparer, par exemple en sondant leurs travailleurs, en rédigeant une charte de télétravail, en réfléchissant à un système d’indemnités, etc. ». Cette réflexion doit se faire de concert avec les différentes parties prenantes, telles que les Ressources Humaines, le service informatique, les chefs de service, le conseiller en prévention, les représentants du personnel… « Enfin, si vous ne disposez pas de ressources suffisantes en interne, n’hésitez pas à faire appel à un consultant ou un coach, expert dans ce domaine, qui pourra vous aiguiller vers la meilleure solution pour votre entreprise et vos (télé)travailleurs, en fonction de vos spécificités », conclut Eric Vidal.

 

À propos de l’auteur

Eric Vidal, coach spécialisé en télétravail

Partager