Un coworking spécialisé pour les secteurs du bien-être, de la santé mentale et physique

15 juin 2021 à 13:06 | 446 vues

Un nouveau type d’espaces partagés, pour des professions qui trop souvent doivent s’engager dans des frais fixes rédhibitoires, vient de s’ouvrir à Bruxelles.

Après une année de détresse psychologique et économique, les professionnels de la relation d’aide sont eux-mêmes en crise. Leur vocation est d’aider l’autre mais aujourd’hui, ils sont dans l’incapacité de pratiquer et doivent trouver des solutions pour survivre et pratiquer leur discipline en toute sérénité́. Il y a plus de patients mais moins de possibilité de les aider.

Le remède, SMART ROOMS, un concept créé et mis en place par Nathalie Kockaerts, entrepreneuse bruxelloise, elle-même en pleine reconversion suite à la pandémie et ses dommages économiques collatéraux.

Prenez du temps pour vous & voyez-en les bénéfices ! Plus d’infos & inscriptions

« L’idée est venue des praticiens eux-mêmes qui m’ont poussé à ouvrir cet espace partagé. Tous sont ou ont été confrontés à la même problématique lors de leur lancement. Les praticiens rêvent de démarrer leur activité à leur rythme mais l’offre qui leur est proposée actuellement est hyper rigide : des cabinets avec des horaires fixes à des prix trop élevés. Frais fixes, loyers, investissements lourds, rendez-vous impossibles à caser en un jour prédéterminé : toute une série d’inconvénients qu’ils n’ont plus du tout envie ou les moyens de se mettre à dos» décrit Nathalie.

Spécialiste en gestion d’espaces,Nathalie Kockaerts a trouvé́ la solution et a ouvert à Bruxelles, près de Flagey, un espace partagé et dédié au secteur du bien-être. Une première en Belgique !Smart Rooms, non loin de Flagey à Ixelles, entend aider à débuter ou à se relancer tous ces professionnels qui peuvent faire du bien aux autres. “Cela peut être utile également aux indépendants complémentaires”.

L’entrepreneuse a pensé à tout : on loue à l’heure par tranche de 15 minutes “Souvent, les séances durent plus qu’une heure mais moins que 2, je voulais proposer une flexibilité en phase avec les professions”. Le thérapeute reçoit un mail et lorsqu’il est devant la porte, il tape un code et la porte s’ouvre. A l’intérieur, plusieurs espaces avec une table de soins, deux fauteuils, un tableau pour les coachings, des tapis de sol, un futon, un bureau, du gel : le praticien n’a plus qu’à s’installer dans l’espace préalablement désinfecté par l’utilisateur avant lui et par un nettoyage complet tous les matins. “Le tout pour une fourchette de prix comprise entre 14 et 20€/h, TVA comprise et une cotisation annuelle de 75€”.

Et ce n’est pas tout : tous les mois, les praticiens se rencontrent et abordent des thèmes sur le lancement de leurs activité. L’idée est de développer des équipes dynamiques, dans des disciplines variées, qui communiquent, s’entraident et échangent leur expérience plutôt que de, chacun rester seul dans son coin à essayer de développer son activité en solo.

Nathalie Kockaerts propose pour l’instant deux espaces ouverts de 8 à 22h et elle compte étendre cette solution aux autres communes bruxelloises puis aux autres villes. “C’est aussi utile pour des professionnels qui veulent donner des consultations ponctuelles ailleurs que dans leur région, sans s’engager dans un cabinet”. Chaque thérapeute est libre de déterminer son horaire de travail en fonction du nombre de patients qu’il désire y recevoir.

Le premier Smart Rooms est situé à Bruxelles, à deux pas de la place Flagey.

Ouverture 7 jours sur 7 de 8:00 à 22:00 www.SmartRooms.be

 

À propos de Nathalie Kockaerts

CEO de Smart Rooms

 

Partager