Et pourquoi pas une médiation ?

14 décembre 2020 à 09:12 | 761 vues

[interview]

La médiation est un processus de résolution des conflits dans lequel un tiers, le médiateur, facilite les négociations des parties en litige en vue d’aboutir à une solution amiable. Avec un taux de réussite de 75 %, la médiation est vraiment efficace, en particulier pour certains types de litiges. Elle est aussi moins chère et plus rapide qu’une procédure judiciaire. Les explications de Gérard Kuyper, Président de bMediation.

L’humain au cœur de la médiation

La médiation commerciale est un processus qui permet aux entreprises de résoudre leurs différends en dehors des tribunaux. Le processus est géré par un tiers impartial (le médiateur) qui va organiser et orchestrer les rencontres. « Pour des partenaires commerciaux entre qui le contact est difficile, la médiation a vraiment tout son sens », assure Gérard Kuyper. Elle va permettre de travailler la relation et mettre en place les conditions nécessaires pour permettre aux parties de renouer un dialogue et de se parler de manière apaisée. « Le médiateur est neutre. Il est là pour garder l’église au milieu du village et faire en sorte que les échanges soient fluides. Son rôle est de questionner, d’écouter et de reformuler pour mettre les choses en perspective », explique- t-il. Cela permet d’une part aux parties en conflit d’avoir le sentiment d’être écoutées et comprises, mais surtout cela leur permet d’entendre et de comprendre le point de vue de l’autre. Cela évite les dialogues de sourds. Et quand les parties comprennent le point de vue de l’autre, généralement les conflits s’apaisent rapidement et l’on peut commencer à chercher des solutions. « Bien souvent, à la base des conflits, il y a avant tout un problème de compréhension », avance le président de bMediation.

Une procédure rapide, humaine et moins onéreuse

« Pour les entreprises, les avantages de la médiation sont nombreux », poursuit notre expert. Tout d’abord, le processus est rapide. En quelques heures, il est facile de déterminer si trouver un accord est possible ou pas, tandis qu’au tribunal, on peut rester des mois voire des années dans l’incertitude. Deuxièmement, là où le tribunal tranche sur la base de la loi, en médiation, ce sont les parties qui décident. « Dans une procédure judiciaire, la décision sera prise uniquement sur la base d’éléments de droit, tandis qu’en médiation, on prend les décisions en se basant sur la réalité des différentes parties. Cela permet de faire preuve de souplesse, de créativité, de renégociation… et au final, grâce à cela, la relation commerciale a beaucoup plus de chance de se poursuivre une fois le conflit résolu. » Enfin, last but not least, la procédure est beaucoup moins onéreuse. En cette période de Covid et de confinement partiel, il est aussi important de souligner que les médiations peuvent se faire à distance.

Quand opter pour une médiation ?

D’après Gérard Kuyper, pour les entreprises, la médiation est particulièrement indiquée dans deux types de cas. « Il y a tout d’abord les conflits de partenariats établis sur le long terme (franchise, contrat de concession, représentation commerciale, etc.) et qui nécessitent une grande confiance entre les différentes parties. Si la confiance n’est plus là, il y a conflit et la médiation permettra de rétablir la confiance bien plus qu’une procédure au tribunal. Il y a ensuite les conflits entre associés et/ou actionnaires qui sont assez similaires et où le médiateur devra travailler sur les valeurs et sur ce que chacun attend de l’autre. » Pour la seule récupération de créances, par contre, dès lors que le besoin du créancier est d’obtenir un titre exécutoire, la médiation n’est pas la meilleure solution.

Avec un taux de réussite de 75 %, la médiation s’avère vraiment efficace et utile. « De plus, même si la médiation n’aboutit pas toujours, elle permet malgré tout de déjà bien déblayer le terrain et d’entamer une procédure judiciaire sur de meilleures bases », conclut Gérard Kuyper.

Partager